Jour 214

Quand je suis rentré du boulot aujourd'hui, j'ai trouvé Aurélie en pleurs sur le pas de la porte.

Elle avait reçu la visite de son frère dans la journée qui avait une nouvelle plutôt grave à lui annoncer. 

Aujourd'hui, Aurélie a perdu ses deux parents. Ils sont parti naturellement à quelques heures d'intervalle. Elle s'y attendait, ils avaient déjà eu une longue vie mais elle espérait pouvoir les revoir une dernière fois avant qu'ils s'en aille et leur dire au revoir. Je me suis assis à côté d'elle et je l'ai prise dans mes bras. On est resté comme ça un moment en silence. Ça m'a permis de repenser à mes propres parents.

Si ma vie m'a appris une chose, c'est qu'on est jamais prêt pour la mort de quelqu'un de proche et que cela peut arriver à n'importe quel moment et surtout quand on s'y attend le moins.

J'étais bien naïf à l'époque mais je voyais leur disparition à travers mes yeux d'enfants.

Et pourtant. Il y a quelque chose de rassurant dans le fait de savoir que même si ils sont partis, il reste une petite part d'eux à nos côtés, même si ce n'est que poussière dans une petite boîte.

Cette petite boîte nous permet de nous rappeler des gens qu'on a perdu mais aussi d'avoir quelque chose de physique à qui se confier quand on en a besoin.

Encore aujourd'hui, il m'arrive d'aller parler à maman quand j'ai quelque chose sur le cœur. Et ça fait du bien.  

Je me demande si il serait possible de récupérer les parents d'Aurélie, pour qu'elle aussi ait quelqu'un à qui se confier.