Jour 224

Dieu merci, nous n'avons eu qu'un seul enfant. Et il est juste parfait. Nous avons passé toute la nuit auprès d'Aurélie dès que les premières douleurs se sont fait sentir. 

A tout de rôle en fait, parce que pendant ce temps, le monde ne s'est pas arrêté de tourner et Jason et Ulysse ont continué à réclamer un peu d'attention.

Et au bout de quelques heures, mon petit Daniel est arrivé. J'ai un fils. Moi. Et je ne peux pas m'empêcher de le regarder. Quand il dort, il a l'air tellement paisible. Et quand il est réveillé, il me regarde avec ses grand yeux bruns et je pourrais m'y perdre. Comme je pourrais me perdre dans les yeux de sa mère. 

L'amour autrement. L'amour pour son enfant. C'est différent mais c'est aussi fort que l'amour que je ressens pour ma femme.

Je pourrais passer des heures à l'observer, à attendre un sourire.

Bien sûr, il y aura sûrement des moments beaucoup moins agréables et il va falloir passer la période bébé avant de pouvoir vraiment en profiter vraiment mais je sens que tout ça en vaut vraiment le coup.

Bien sûr, tout ça, c'est seulement si on survit à trois bébés à la maison. Et après la journée qu'on a passée hier, cela s'annonce plutôt difficile.