Jour 30

J'aimerais pouvoir offrir à ma fille un vrai repas en famille, comme je l'ai connu lorsque j'étais encore un enfant. 

Un petit déjeuner sur la terrasse, de bon matin, le soleil levant dans notre dos.

Mais tout ce que je peux lui proposer, c'est un plat de poisson de la veille, froid, sur le canapé de la pièce unique que nous partageons tous ensemble. 

Et ce n'est que le début d'une longue liste de choses que j'aurais aimé partager avec elle. Mais soyons réalistes, cela n'arrivera jamais de mon vivant. Tout ce que je peux faire c'est travailler dur en espérant que mes efforts contribueront à nous rapprocher un peu plus du monde tel qu'il était avant tout ça.

Je crois que je culpabiliserai toujours un peu d'avoir donné la vie dans ce monde brisé. J'espère que Beth ne m'en voudra jamais pour ça.