Jour 86

J'ai finalement invité Florent à la maison après le travail sous le prétexte d'une petite séance d'entraînement. Il était temps de passer aux choses sérieuses. 

Il était déjà plutôt réceptif aux signaux que je lui ai envoyé jusqu'à maintenant. Je n'ai donc pas eu trop de mal à le convaincre du bien fondé de mon combat. J'ai posé toutes mes cartes sur ma table. Je sens que je peux lui faire confiance.

C'est bizarre de parler de tout ça à quelqu'un d'autre. Jusqu'à maintenant et depuis la mort de papa, personne d'autre n'était au courant du drame qui entoure ma famille et de la menace qui pèse sur la région. Il était plutôt horrifié mais motivé à m'aider. Espérons que ces connaissances le soit tout autant.

Je n'ai jamais pensé à en parler à Julien. Avec Florent tout est tellement plus facile et naturel. Avec Julien, j'ai plus de mal. Par peur de le blesser peut-être. Ou le repousser après tous les efforts que nous avons faits pour construire quelque chose ensemble. 

S'il apprenait tout ça, qu'est ce qu'il pourrait bien penser ? Qu'on s'est servi de lui ?