Jour 58

Tous les matins quand je me lève, la première chose que je vois est mon vieux berceau que papa et maman n'ont jamais démonté ou même déplacé. Je soupçonne papa de l'avoir laissé là pour me rappeler qu'un jour moi aussi je devrais y passer. 

Je pense que maman avait une tout autre idée en tête. Je suis sûr qu'elle aurait bien voulu avoir un deuxième enfant, un garçon peut-être. Elle m'a demandé assez de fois si je ne me sentais os trop seule pour deviner ce qu'elle voulait dire par là. Je ne pense pas qu'elle le voulait pour les bonnes raisons.  Elle a toujours regretté d'avoir laissé ses enfants derrière elle et elle souhaitait ce bébé pour la distraire de ses pensées. Dans son esprit, je remplaçais Cassandra et le suivant aurait remplacé Alexandre. Mais malgré tous les indices qu'elle pouvait laisser,  l'esprit de papa était trop pris par toutes ces histoires malsaine pour s'en rendre en compte. En tout cas, il n'en parle nulle part dans son journal. Du moins dans les pages que j'ai déjà lues. Et Cassandra et Alexandre sont revenus dans sa vie et cette pensée la sûrement quittée. D'autant plus que la disparition de Cassandra a du la travailler beaucoup dans ses dernières années. 

En y réfléchissant ce n'est pas plus mal que mon frère ne soit jamais né. Qui sait comment ma demi-sœur et mon demi-frère auraient réagi en voyant que leur mère les avait remplacé. Au moins elle aura renoué les liens avec son fils.

Si la vue de ce berceau me renvoie dans mon passé, Julien lui y voit notre futur. Nous avons donc décidé d'un commun accord que c'était le moment parfait pour commencer à agrandir notre famille. Ma carrière sera moins affectée par une grossesse que dans les stades suivants.