Jour 65

Esteban est devenu un petit garçon durant la nuit. Je l'ai retrouvé à la table du petit déjeuner, un assiette de la veille devant lui. Je suis tellement préoccupée par toutes les informations que j'ai absorbée depuis quelques jours que je ne pensais même plus que cela arriverait aujourd'hui. 

J'espère que le futur prouvera que je ne suis pas une aussi mauvaise mère que cela ne laisse penser.

Je me suis quand même rattrapé avec un gros câlin. Ce petit bonhomme ne sait pas encore ce qui l'attend mais il a l'air de comprendre les choses très vite. Il ne devrait pas avoir trop de problème à comprendre combien ma carrière est importante et combien je l'aime même si je ne suis pas toujours là quand je le voudrais.

Je me demande comment c'était avant. Je me souviens que papa évoquait souvent la période avant la catastrophe. Quand les enfants grandissaient moins vite et qu'il fallait encore tout leur apprendre. 

C'est fou comme la nature s'adapte à toutes les situations pour nous donner la moindre chance de survie.

J'espère qu'elle me donnera aussi de quoi survivre à ce combat face à ma propre famille.