Jour 68

J'ai bien plus souvent le temps de m'occuper d'Esteban que je ne le pensais, ce qui me fait plutôt plaisir.

J'aime passer du temps avec mon fils. Cela me donne encore plus de courage d'affronter le monde extérieur quand je pars travailler le matin. Et me donne encore plus envie de me dépenser pour obtenir une promotion. 

Je ne sais pas encore ce que lui fera de son avenir, mais j'ai confiance. C'est un enfant brillant qui comprend plutôt facilement et qui retient vite ce qu'il apprend à l'école. Peu importe la voie qu'il ça choisir, je suis sûr qu'il réussira.

C'est un vrai plaisir de rentrer tous les soirs, de le voir attraper son cahier et venir me demander l'aide dont je sais qu'il n'a pas besoin.

Si Julien n'est pas l'homme de ma vie, Esteban l'est sûrement.