Jour 100

A chaque fois que je remonte en selle, la vie trouve autre chose pour me faire tomber à nouveau plus bas que terre.

J'ai eu une discussion avec Esteban aujourd'hui et elle n'a pas pris du tout la direction que j'espérais. Elle m'a laissée encore plus mal que je ne l'étais déjà.

Il m'en veut tellement. D'avoir pris en otage son père dans cette relation qui ne menait à rien, de les avoir trahis tous les deux en accueillant un autre homme dans mes bras.

D'y être retournée alors que son père venait de disparaitre.

Il m'a dit des choses qui m'ont blessées profondément, même si au plus profond de moi, je sais qu'il a raison. Je suis une mère indigne, une mauvaise épouse et une personne horrible.

Toutes ces choses, je les savais déjà. Mais les entendre prononcées par mon fils ne fait que qu'enfoncer encore plus profond le poignard que j'ai moi même enfoncé dans mon coeur.

Ça fait mal, très mal.

Comment j'ai pu croire qu'il suffirait de lui expliquer mon point de vue pour que tout rentre dans l'ordre. Ce que j'ai fait est impardonnable, je le sais. Aucune personne sensée ne me condamnerait pas pour ça.

Mais j'espérais au moins qu'il me comprendrait. Qu'il comprendrait que je me suis retrouvée coincée avec cet homme qu'on m'avait imposé et qui m'aimait tellement que je n'ai jamais eu le courage de briser son coeur. Du moins jusqu'à ce que je perde le contrôle.

Mais même avec tout ça, je ne l'ai pas abandonnée, je ne suis pas partie retrouver mon amant en le laissant seul avec son père.

Je suis restée et j'ai affronté les conséquence de mes actes.

Et pour ça, j'ai perdu mon fils.

Le bon côté, c'est qu'il sait faire la part des choses. Il m'a promis qu'il continuerait ce que mes parents ont commencé. Mais il ne le ferait pas pour moi. Il le ferait pour tous ces gens qui souffrent  par la faute de Vladimir Gothik et sa famille.