Jour 155

Le répit que nous avait accordé l'intervention de Christophe aura été de courte durée. Déjà, les jumeaux reparlent de construire une fusée pour aller le rejoindre.

Autant dire que Cassandra n'a pas trop apprécié d'entendre ça au petit-déjeuner et qu'elle a essayé de leur démontrer que ce n'était pas une bonne idée.

Je peux comprendre le désir de vouloir en savoir plus sur ses origines, moi aussi j'ai été séparé de mon père plutôt jeune, mais j'aimerais qu'ils se rendent compte de la peine que cela peut faire à leur mère. 

Je l'ai bien vu sur son visage et je l'ai bien entendu dans sa voix pendant qu'elle parlait aux jumeaux. Malheureusement, cela ne la rendait pas très convaincante.

Leur désir de partir à l'aventure est si fort qu'ils ne pensent même pas que si eux aussi partent en vadrouille dans l'espace, ma sœur sera ici à les attendre, seule, sans sa propre famille. Le mot est fort, nous sommes là pour elle après tout. Mais le lien qui la lie à ses enfants est sans doute plus fort que celui qui la lie à nous, et rien ne dit que les jumeaux auront encore envie de revenir après avoir découvert ce qu'ils cherchent. 

Et sans savoir où ils sont, comment être sûr qu'ils sont bien saint et sauf et que rien ne leur est arrivé. La vie de ma soeur ne serait plus qu'angoisse du soir au matin.

Mais après réflexion, je me demande si nos craintes sont vraiment fondées. Après tout, il n'y a aucun risque qu'ils arrivent à leur fin. Où est-ce qu'ils pourraient bien trouver ce qu'il leur faut pour construire un appareil capable de les transporter dans l'espace ? Si on avait de tels moyens, on ne serait sûrement pas dans la situation dans laquelle on est aujourd'hui.

Par contre si cela me fait finalement sourire, j'ai peur que mes neveux fassent une grosse bêtise en essayant de réaliser leur projet par tous les moyens. Ou qu'ils prennent leurs affaires un matin sans prévenir et partent quand même de la maison sur un coup de tête pour rejoindre un endroit où ils pensent qu'ils pourront atteindre plus facilement leur but.

J'ai croisé le regard de Julien ce matin,durant cette conversation entre Cassandra et ses fils, et j'ai bien senti que lui aussi était un peu inquiet de la suite des évènements.