Jour 156

Ce matin au réveil nous avons trouvé un abri au fond de notre jardin. Le comment et le pourquoi il est arrivé là nous sont venus de Julien. 

D'après lui, Iil avait simplement besoin d'un espace pour réaliser des pièces de menuiseries un peu plus grande et il a pris la liberté de s'emménager un espace rien que pour lui pour éviter de nous déranger avec le bruit mais aussi avec toutes ces affaires. 

En soit, cela pourrait paraître presque logique mais des petits détails me font quand même penser qu'il ne nous dit pas tout encore une fois. 

D'une part, il a refusé de nous faire visiter. C'est tout juste si on a eu le droit d'en faire le tour. D'autre part, il a entouré une partie de cette abris d'une clôture opaque surmontée de fils barbelés. Et pour finir, la porte est toujours fermée. Et ce n'est pas faute d'avoir essayé de l'ouvrir pendant qu'il avait le dos tourné. J'ai bien l'impression qu'elle est protégée bien plus que par une simple serrure. J'y ai épuisé toutes mes connaissances en matière de crochetage de serrure mais elle n'a même pas tremblé un peu. 

Et ce n'est pas pas la peine de penser jeter un œil par dessus la clôture, même depuis la maison, on ne voit rien.

Tous ces secrets commencent à peser. Qu'est-ce que Julien peut bien avoir besoin de faire qui nécessite autant de sécurité ? Comment a-t-il pu monter un tel système pendant la nuit sans nous alerter, et surtout avec quel moyen ?

Il est peut-être temps de me servir des moyens à ma disposition à l'Agence...