Jour 289

Si je compare le début de cette semaine avec le début de la semaine dernière, je dirais que c'est bien pire cette semaine, et que finalement, dans tout ça, je suis plutôt chanceuse. Certes j'ai vécu ce qui sera peut-être le pire moment de ma vie, mais il n'y a pas eu mort d'homme. Alors que là, si. Enfin, mort de femme pour être précise. Julie est allée rejoindre les esprits qui hantent cette maison pendant la nuit et mon frère et son fils se sont traînés toute la journée  dans la maison, fete baissée, le regard triste. Je n'ai pas eu le courage de leur expliquer pour les fantômes, je ne suis pas sûr qu'ils auraient compris ou que c'était vraiment le bon moment. Peut-être dans quelques jours, quand cette disparition sera moins fraîche ?
Même si je sens que ce départ n'est que le début d'une autre vie pour elle, je suis quand même un peu triste moi aussi. C'est dur de perdre un membre de la famille. Mais il faut que je reste forte et que je me concentre sur le positif, pour tout le monde, et surtout ma fille. Cette disparition soudaine, mais prévisible, m'a conduit à faire face à ma première vraie épreuve en tant que mère. Expliquer la mort  ma fille, qui avait un tas de question sur le sujet. Et j'ai vérifié, il n'y a aucun manuel sur ça !
Alors plutôt que de lui donner une version crue de la chose (parce que ce n'est pas non plus tout rose ! Un jour vous êtes là, à penser, parler, sentir, entendre, voir, aimer... Et un jour, vous n'êtes plus.), j'ai préféré lui donner une vision optimiste de la chose. Oui c'est triste, tante Julie est partie, elle ne reviendra jamais, mais elle est partie vers un monde meilleur, et elle nous attendra là bas. 
Elle est partie car il est temps de laisser la place aux générations suivantes. Et oui, moi aussi, un jour, je partirai et elle aussi. Mais il ne faut pas être trop triste, car je serais bien là bas et on se reverra quand ça sera ton tour.
C'est mal de mentir comme ça, mais c'est dur de lui laisser commencer sa vie sur une note pessimiste. La vie n'a aucun sens, et à la fin tu meurs, et ça n'a plus de sens. Il n'y a pas de là bas, juste ici. Et une fois ta vie terminée, ton esprit reste coincé ici et tu erres indéfiniment permis les vivants. Bon voyage.
Et c'est quand même vachement déprimant de débuter la semaine en pensant à la mort de sa fille. 
Alors ce mensonge c'est aussi pour moi.
A la fin de la conversation, elle m'a demandé pourquoi il y avait des esprits, et pourquoi ils restaient pas là bas si c'était si bien. J'avais pas vraiment prévu qu'elle est moi, on soit si semblable.