Jour 294

Tout frais sorti diplômé de ses fameux stages de culture de la terre, Damien s'est lancé dans un la création un petit potager à arrivé de la maison.
Un petit truc sans prétention, qui nous permettra de récolter les ingrédients de base des petits plats que mon frère nous prépare tous les jours avec amour. Et bien plus encore.
En fouillant un peu dans les affaires laissées par nos ancêtres, mon neveu à trouvé un vieux morceau de tissu qui contenait quelques graines. Mais pas n'importe quelles graines ! Des graines venues d'ailleurs si on en croit leur aspect. Je ne suis pas experte en plante, mais,je ne pense pas qu'on ait des graines comme ça par chez nous.
Il a alors voulu immédiatement tester son talent récemment acquis de jardinier et voir s'il pouvait obtenir quelque chose de cette découverte improbable.
Ce que je sais moi, c'est que je ne approcherais pas à plus de trois ce qui sortira de terre. Et on peut toujours rêver pour que je goûte.
Et puis on a beau lui expliquer qu'on ne savait pas ce qui allait pousser et que c'était peut-être une plante super dangereuse, il n'a rien voulu savoir. Sa curiosité était bien plus forte.
Même si je suis aussi curieuse de voir ce qui va sortir de terre (si quelque chose finit par en sortir), j'avoue que j'ai aussi beaucoup d'appréhension.
On ne sait pas vraiment pas quelle genre de plante c'est et pour quelles raisons, ces graines sont restées cachées. Damien vient peut-être de signer la fin de l'humanité en plantant la F.N.I (Fruit Non Identitié, c'est moi qui lui ait trouvé ce petit nom !). Pour ce qu'on en sait, on peut se retrouver demain avec une plante carnivore dans notre jardin ou la planète pourrait être entièrement recouverte par une espèce parasite qui nous étouffera dans notre sommeil.
Ce genre de chose n'arrive pas que dans les bouquins. Je suis sûr que si quelqu'un avait averti tout le monde qu'une énorme catastrophe allait finir par nous renvoyer au Moyen Âge et qu'il faudrait tout recommencer, il se serait fait rire au nez. Et pourtant...
Alors je ne prends aucun risque et ce soir je vais me coucher avec une boite d'allumettes planquées sous l'oreiller. Et un des couteaux très bien aiguisé que Daniel a ramené du boulot. Au cas où.