Jour 296

Après les jumeaux, c'est au tour de mon frère de passer au troisième âge. La prochaine fois, ça sera  mon tour. Mais j'ai encore un peu de temps devant moi. Un peu de temps que je pourrais mettre à profit pour trouver un homme. Ou pour me consacrer à ma carrière. 
Je ne sais pas vraiment ce que je veux, mais ce n'est plus un secret maintenant.
Je vois bien que mes enfants vivent très bien sans un vrai père. Entre Daniel, Ulysse et Jason, ils en ont trois en fait. 
Mais il y a aussi la question de mon plaisir à moi. Quand je serais vieille et ridée, qu'il ne restera que moi et les enfants (je suis la plus jeune, c'est plutôt logique...) et qu'ils seront casés, je serais toute seule si je ne rencontre personne d'ici là. Et je ne suis pas sûr d'aimer ça. Ça me fait un peu peur quand même. Je ne veux pas finir ma vie toute seule. 
Mes expériences passées ne m'ont pas laissées un souvenir inoubliable. J'ai peur qu'il me laisse tomber comme Matthieu l'a fait et j'ai peur de tout gâcher comme avec Paolo. Ou d'aller trop vite comme avec Joaquim. 
Et je ne sais pas. Je ne sais plus. J'ai besoin de prendre un peu de temps pour prendre une décision. 
Je sais que je ne devrais même pas me poser de questions et que je devrais foncer. 
Mais je ne peux pas. Pas maintenant. 
Enfin ça, c'est aujourd'hui. Demain, si ça se trouve, je serais sûre du contraire et je serais déterminée à trouver mon âme sœur. Ou pas.
Et puis le contraire le jour suivant. Et le jour d'après. Je m'épuise moi-même à ne pas réussir à me décider sur ce que je veux. 
En toute cas, si je continue à être indécise comme ça, j'espère au moins que je serais en aussi bonne santé que mon frère. Il pète la forme et il n'est pas près de prendre sa retraite. Tant mieux, il aime ce qu'il fait.
Et si moi je pouvais éviter de finit vieille fille ET complètement impotente, tant mieux. En tout cas, il paraît que rire est bon pour la santé. Je pars déjà du bon pied.