Jour 283

Pendant que je gère mes déconvenues sentimentales et que je me prépare à devenir une mère célibataire, comme pratiquement toutes les femmes de la famille, Damien découvre les joies de son premier amour. Bien sûr, comme tous les enfants à cet âge, il nie tout en bloc dès qu'on ose aborder le sujet, mais cette petite est à la maison bien trop souvent pour que ce soit une coïncidence. 
Il est trop jeune pour savoir mettre des mots sur ce qu'il ressent. Mais ça ne devrait plus tarder maintenant. Mon neveu entre bientôt au lycée et ses hormones ne vont pas tarder à entrer en ébullition.
En attendant, j'aime bien les observer. A leur âge, ils sont encore si innocents, leurs sentiments sont si purs. Et après... Parfois, ils deviennent des adultes parfaitement fonctionnels et acceptables, et parfois, ils deviennent comme Matthieu, incapables de faire face à leur responsabilités, jusqu'à en rejeter l'amour de leur vie. 
Pourquoi il n'y a que les hommes de la famille qui semblent être de parfaits gentlemen ? Parce qu'ils sont les seuls à me connaître vraiment et à me respecter ? Ou parce qu'ils ne sont pas du tout intéressés par moi en tant que femme ? Ils ne voient en moi que la sœur ou la cousine et me traite comme une égale ?
Ulysse n'a même pas essayé de forcer Matthieu à m'épouser cette fois, il savait que je n'aurais jamais accepté de passer le reste de ma vie avec lui. Et il ne voulait pas que je passe une seconde plus avec un tel goujat. Et surtout, le plus important, ne pas répéter les erreurs du passé. Si cela a marché pour Julie et mon frère, c'est qu'il y avait quelque chose de fort qui les unissait déjà. On aurait plutôt été le miroir de mon ancêtre Beth et son mari Julien. 
Tout ce qu'il pouvait y avoir s'est brisé en éclat quand je lui ai annoncé ma grossesse et qu'il m'a rejetée. Je n'ai pas besoin de lui. J'ai tout ce qu'il me faut ici et cet enfant grandira avec tout l'amour dont il aura besoin, voir même plus.