Jour 286

J'ai toujours pensé que la vie faisait en sorte de toujours garder un certain équilibre entre les bonnes et les moins bonnes choses qui peuvent nous arriver dans la vie. Chaque fois, après une catastrophe, il y a quelque chose pour nous redonner le sourire.
Et après la semaine qui vient de passer, j'avais vraiment besoin d'une sacré dose de bonnes choses.
La première est arrivé dans la nuit. Ma petite Elisa a finalement débarqué dans notre monde et je ne peux pas plus être heureuse. Déjà, fini les courbatures, les nuits passées à trouver une position confortable pour dormir, les fringales soudaines... Et puis elle est tout ce que je voulais et j'espère avec le temps elle sera bien plus encore. Et qu'elle ne m'en voudra pas trop d'avoir fait fuir son père et de ne pas lui proposer d'alternative, même si je sais que mes cousins et mon frère seront là pour combler le vide.
Mais j'ai encore un peu de temps avant de devoir affronter tout ça.
En attendant, je vais pouvoir me consoler avec la deuxième bonne nouvelle de la journée. Celle-ci a pris la forme du délicieux dîner que mon frère nous a concocté dans sa cuisine flambant neuve. Après des années et des années derrière les fourneaux, à tester différentes recettes, son problème s'est résolu de la manière la plus simple qui soit. Un homme de la région avec lequel mon frère travaillait pour produire des alternatives pas chères aux ingrédients qu'il utilise, a trouvé un moyen de faire pousser des plantes  peu près importe où, même dans les zones où il semblait que jamais rien ne repousserait. Et qui dit plantes à gogo, dit aussi bétail à gogo. D'un seul coup, tout devient disponible facilement, tous les problèmes d'approvisionnement disparaissent et avec eux les prix baissent considérablement, permettant à tout le monde de bien manger. 
Je ne connais pas tous les détails , mais ça m'importe peu. Le principal est le résultat non ? 
Pour fêter ça, Daniel s'est offert ce qu'il nous fallait pour nous cuisiner de bon petits plats et a installé ça en en deux temps, trois mouvements pendant la journée. C'est fou ce qu'on peut réaliser quand on y met du sien.
La production n'est pas encore abondante, ce ne sont que les débuts, mais Daniel a une place de choix pour pouvoir nous ramener souvent un petit quelque chose et on ne devrait plus voir des fruits grillés dans nos assiettes pendant un bon bout de temps.