Jour 329

Quand je vivais seule avec maman, c'était un peu chacun pour soi. Pas le choix, elle était tout le temps au travail pour payer le loyer et de quoi manger, alors je devais me débrouiller comme je pouvais avec la maison, les devoirs... pendant son absence. Et quand elle était là, c'était rare qu'elle puisse me donner un coup de main. Elle était bien trop dépassée.
Je ne vais pas mentir, c'est plutôt formateur d'apprendre toutes ces choses toute seule. Ça flatte l'ego de se dire qu'on est capable d'assimiler et  comprendre des choses par soi-même.
Mais ici, ça fait bien longtemps que ça ne marche plus comme ça. Quand tu es doué pour quelque chose, tu partages ton savoir avec ceux qui le demande. 
Elsa avait besoin de faire travailler un peu son esprit pour régler un problème à son travail, une histoire d'optimisation de l'espace ou je ne sais trop quoi et Elisa s'est empressée de lui expliquer les rudiments des échecs, sans même qu'on ait eu à le lui demander. Et même si Elsa est blonde, elle n'a pas mis très longtemps à piger le truc.
Attention, je me moque un peu d'elle, mais ça ne veut pas dire que je ne l'aime pas. Loin de là. Et c'est pareil avec Elisa. On pourrait croire que je ne l'aime pas, mais pas du tout. Avec le temps, ces deux là sont devenues comme des sœurs pour moi, et même si je n'approuve pas toutes les décisions de l'une d'entre elles, ça ne m'empêche pas de les apprécier autant l'une que l'autre. Et puis Elisa est la femme de mon meilleur ami, j'aurais été bien triste de ne pas m'entendre avec elle. Sachant qu'en plus, elle n'a pas à craindre que quelque chose se passe entre Damien et moi, on ne pouvait que devenir amies nous aussi.
Et mine de rien, ça aide pas mal de s'entendre quand on a pas envie quand l'une d'entre nous n'a pas envie d'arracher les yeux de l'autre.