Jour 344

Y en a un pour qui la semaine a vraiment marqué un tournant. Entre son propre anniversaire et celui de sa fille, le temps a pris un malin plaisir à rappeler à Damien que rien n'est éternel.
Et c'est fort de ce constat qu'à peine cinq minutes après qu'elle ait soufflé ses bougies mon meilleur ami est allé demander à sa fille quand elle comptait lui donner des petits enfants.
Je vous laisse imaginer la tête de l'intéressé.
Malheureusement pour lui, après le choc initial passé, elle lui a répondu que ce n'était pas pour tout de suite et qu'elle préférait se consacrer d'abord à sa carrière.
Ce que j'ai découvert bien plus tard dans la soirée, c'est qu'une fois sa majorité dans la poche, son petit ami a rejoint les rangs de l'armée et qu'il était sur le point de s'envoler pour aller sécuriser des régions qui s'en sont beaucoup moins bien sorties que nous.
Autant dire qu'il y a de meilleurs moments pour penser avoir un enfant. Parce que voir l'amour de sa vie deux ou trois jours tous les six mois, c'est déjà assez difficile comme ça, on ne va pas ajouter un bébé à l'équation. Autant qu'elle devienne mère célibataire, elle aurait exactement la même vie.
Quand on pensait que cette foutue malédiction avait épuisé tous les moyens possibles de faire souffrir moralement les femmes de la famille, voilà qu'elle en rajoute un.
Quoi que c'est assez similaire à ce qu'à vécu son ancêtre Cassandra, sans la partie extraterrestre, bien sûr. Une vie solitaire loin de l'amour de son âme sœur qui est retenu par obligation loin d'elle.
C'est tellement injuste. Pourquoi a-t-il fallu qu'elle tombe sous le charme d'un homme qui pense plus aux autres qu'à lui-même ? Ou qu'à elle d'ailleurs.
Il devait y avoir un ligne supplémentaire en bas du contrat de mariage. Un truc du style : "Si une fille nait de cette union, elle aura une vie misérable et personne n'y pourra absolument rien.". Au moins, les gens seraient prévenus avant de rejoindre la famille.