Jour 347

Ce que je disais hier prend encore plus de sens, maintenant que je connais la vérité. Mais toutes mes supplications sont restées lettres mortes. Elle ne veut pas abandonner ce qu'elle a, même si ça met en danger tous ce que nos ancêtres ont construits.
Elle est tellement aveuglée par son envie de réussir mieux que celles qui sont passées avant elle qu'elle ne voit même pas que ce qu'elle fait est mal, et que tout compte fait, elle est pas mieux logée que les autres.
Je les ai surpris derrière le local qui abrite le vieux tas de ferraille qui un jour a été une fusée. Ils pensaient sans doute que personne ne les verrait échanger un dernier baiser avant de se quitter. Malheureusement pour eux, j'étais là. Et là, Elisa a bien été obligée de m'expliquer pourquoi elle a fait venir un homme à la maison sans nous le présenter et a passé tout l'après-midi cachée avec lui dans un endroit où elle était sûre de ne pas nous croiser.
Et c'était bien pire que ce que je pensais. Si quelqu'un l'apprend, elle et finie. Je doute que le conseil d'administration soit heureux d'apprendre que le père de son enfant est un homme marié.
J'imagine déjà le scandal. Et avec les Gothik qui traînent dans les alentours, c'est étonnant qu'une catastrophe ne soit pas déjà arrivée. 
En tout cas, je suis triste pour elle. 
Ils se connaissent depuis un moment, on eut un enfant ensemble, et pourtant, lui n'a pas l'air de vouloir abandonner son autre vie. Simplement, elle est l'autre femme. Et le pire dans tout ça, c'est que la situation n'a pas l'air de la déranger.
Elle est si déterminée que ça à montrer qu'elle a eu raison de tenir tête à sa mère, qu'elle est prête  tout accepter sans broncher pour avoir un homme dans sa vie ? Et elle est prête  tout perdre pour celui qui n'est même pas prêt à s'investir entièrement ?
Où est passé la femme d'affaire qui dirige un empire avec une main de fer ? 
Je sens que toute cette histoire va très mal finir.