Jour 311

Après les événements d'hier, la journée a semblé si calme. Pas de disparition, pas d'apparition, pas de nouvelles révélations.
J'avais presque oublié ce qu'était une vie normale. 
À part l'installation d'Élodie dans ses nouveaux quartiers et les longues conversations pour rattraper le temps perdu, c'était plutôt la routine.
Et si Luc ne nous avait pas annoncé qu'il voulait devenir une rock star, ne crois que je n'aurais pas eu grand chose à dire ici.
Comme je m'en doutais, entre lui et la musique, c'est une vraie histoire d'amour. Et il veut bien sûr en faire son métier. Je n'ai pas eu besoin de lui suggérer. Cette conclusion s'est imposée d'elle même.
Alors même s'il a troqué son violon contre une guitare qu'il maîtrise beaucoup moins bien et que le chemin est encore loin avant la gloire, je veux bien supporter quelques accords mal placés, si ça le rend heureux. C'est ce que j'ai toujours voulu. Et il n'aurait rien pu trouver de mieux pour s'épanouir.
La tradition familiale du divertissement se poursuit. Papa avec les jeux vidéos, moi avec mes blagues et mes sketchs et maintenant Luc et sa musique.
Il ne reste plus qu'à savoir ce qu'Elisa va bien vouloir faire de sa vie, ce qui est à ce stade plutôt compliqué. Je ne suis même pas sûr qu'elle y ait déjà réfléchi. Elle n'a pas de grande passion pour la guider comme son frère. C'est juste une ado, marquée par la vie qui se cherche encore.
Mais qu'elle prenne son temps. L'argent n'est pas un problème et peut-être que finalement, cette situation sera parfaite pour mener à bien mon plan quand je l'aurais mis au point.
Tous les détails ne sont pas en place, mais je commence à avoir une idée de plus en plus précise de ce que je veux faire et son aide sera des plus précieuses si j'arrive à la convaincre. Et ça, ce n'est pas dit que ce soit de la tarte. On se ressemble beaucoup, et je me connais très bien