Jour 313

Quand il faut y aller, faut y aller ! Pour atténuer la douleur, Elsa m'avait préparé un bon gâteau au chocolat, avec des bougies comme au bon vieux temps. Et Damien avait récupéré tout le nécessaire pour faire la fête. De quoi oublier mes nouvelles rides.
Mais mon cœur n'y est pas vraiment. Je pensais fêter cette dernière  de ma vie avec l'homme de ma vie à mes côtés, mais la place qu'il aurait dû occuper reste désespérément vide. Et il est bien trop tard pour espérer la remplir maintenant. Il faut laisser la place aux jeunes. Achille et le bébé qui grandit dans le ventre d'Elsa. 
Si c'est une fille, j'espère qu'elle aura plus de chance que nous. 
Laisser la place à mes enfants aussi. Ils vont bientôt vouloir fonder leur propre famille dans pas trop longtemps et qui a envie à envie de s'encombrer de petits vieux croulants ?
Alors je vais arrêter les frais maintenant et profiter du temps qu'il me reste, entourée de gens qui ne m'ont jamais fait douter de leur amour pour moi. Pourquoi chercher plus loin alors que j'ai presque tout ce qu'il me faut ici ?
Au moins je partirais la tête haute et mon cœur ne sera plus endommagé qu'il ne l'est déjà.
C'est peut-être l'âge, mais je me suis fait une raison. Le grand amour, ce n'est pas pour tout le monde et surtout pas pour les femmes de la famille. 
Regardez-moi ça, à peine les premiers cheveux blancs apparus et déjà pleine de sagesse.  Où très bonne pour se voler la face.
C'est au choix.