Jour 384

Je n'arrive pas à croire qu'elle ait osé remettre les pieds ici. Et encore moins qu'elle ait eu le culot de raconter des mensonges à son fils.
Alors comme ça on s'est servi d'elle et on l'a chassé dès qu'elle n'a plus eu aucun intérêt pour nous ? C'est le monde à l'envers !
Heureusement qu'Orphée ne s'est pas laissé avoir, qui sait où il serait ce soir s'il l'avait suivi.
Et heureusement pour elle que je n'étais pas dans les parages, elle saurait vraiment ce que c'est de se faire chasser !
Elle ne trouve pas qu'elle en a fait assez ? Maintenant elle veut enlever à Achille sa seule raison d'être ? Et aussi lâchement ? En kidnappant son fils ?
Quand je pensais qu'elle ne pouvait pas être pire que ce qu'elle est déjà, elle se surpasse.
Même si Orphée sait que sa mère n'est vraiment pas quelqu'un de bien, il était vraiment perturbé de l'avoir enfin rencontré en personne, le pauvre. C'est une chose d'entendre dire que la femme qui vous a mis au monde n'a absolument aucun instinct maternel et vous a lâchement abandonné une fois qu'elle avait terminé ce qu'elle était venue faire, s'en est une autre de l'avoir en face et de se rendre compte que c'est effectivement la triste vérité. Et qu'il n'y a rien à faire pour changer ça.
Je me demande ce qu'elle voulait vraiment ? 
La connaissant, j'ai du mal à croire qu'après l'avoir abandonné sans hésitation, elle veuille finalement nouer un lien avec lui.
Cette femme n'aime qu'elle même. Et l'argent. 
A moins que ce ne soit encore un coup des Gothik ? 
Kidnapper un des nôtres pour l'élever en le retournant contre nous ? Une autre façon de nous torturer ?
Ils auraient aucun mal à l'expliquer en racontant qu'ils l'ont sauvé de notre famille de dépravés et de menteurs. 
Avec un peu d'argent supplémentaire, Chantal serait capable de faire semblant d'être l'épouse de l'un d'entre eux. Quoi qu'ils sont tous assez tordus pour s'aimer vraiment. Le mal attire le mal. 
Et je me fais du mal en imaginant tout ça. En plus Orphée devient bientôt un ado, il sera plus difficile de lui faire avaler quoi que ce soit.
En attendant, on ne le quitte pas des yeux, au cas où. Si la méthode douce n'a pas fonctionné, ils vont peut-être essayer la manière forte.