Jour 371

Quelqu'un a vendu la mèche. La photo de mon père en première page et ma mère appelée en urgence par le conseil d'administration. Et son regard  son retour.
Aujourd'hui, elle a tout perdu. Son job, l'amour de sa vie, sa dignité.
On a tout perdu. Plus jamais on ne nous regardera avec le moindre respect.
Comment ça pourrait être possible ? Elle a eu une relation avec un homme marié pendant toutes ces années. Elle a eu un enfant avec lui. Elle a menti sur ma conception. Elle a payé des gens pour appuyer ce mensonge.
On est tout aussi malhonnêtes que la famille qu'on avait décriée il y a quelques temps. Il n'y a pas eu mort d'homme mais on sait comment sont les gens.
Maman s'en veut tellement. Elle n'a pas dit un seul mot depuis qu'elle nous a annoncé la décision du conseil. 
Elle a commis une énorme bourde et elle s'en veut tellement. Après ça, ça m'étonnerait que je puisse prendre sa place. Ça nuirait trop à l'image de la boite. Je rappellerais toujours aux gens les erreurs de maman. Et ils ne veulent pas être associé à ça.
J'ai essayé de joindre papa mais aucune réponse. Bien sûr, il se défile quand maman a le plus besoin de lui.
Il pourrait enfin quitter sa femme et nous rejoindre. Mais on dirait qu'il a choisi son camp mais ce n'est pas le nôtre. 
En tout cas, il ne fait aucun doute sur les coupables. Je mets ma main à couper que les Gothik sont dans le coup. Qui d'autre ? Mais comment est-ce qu'ils ont su ?
On dirait que je viens de trouver un nouveau but dans la vie, puisque mes ambitions ne se réaliseront jamais. Je peux oublier le grand bureau avec la vue plongeante sur le centre ville.
Et après ça, l'étape suivante sera de répondre ce qui est  nous. 
Mais d'abord, les coupables. Pour maman