Jour 435

Fallait bien y passer un jour. Depuis que Clovis a appris à sa cousine que j'avais des ambitions au delà de ma famille et que je voulais la faire disparaître pour pouvoir les réaliser, elle mourrait d'envie de me rencontrer. Et comme lui ne semblait pas vouloir faire le premier pas pour que ça arrive, elle a pris sur elle-même de nous inviter à dîner au manoir.
Les choses deviennent vraiment sérieuses. Pour la première fois, un Touguézeur est officiellement invité chez les Gothik pour une rencontre amicale. Du moins en apparence. Quelque chose me dit que c'est plus un test qu'une envie d'en apprendre plus sur mes passions.
Pour voir si je suis vraiment qui je prétends être.
Et c'est pour ça que je flippais à mort juste avant d'y aller.
Je n'avais aucune idée de si mes talents d'actrices allaient lui en mettre plein la vue ou si ce soir serait ma première et ma dernière représentation.
Et même maintenant que c'est passé, je ne suis pas sûre. Peut-être qu'elle est une bonne actrice, elle ?
Ça s'est plutôt bien passé en soi, et j'ai plutôt été agréablement surprise. Si on oublie qu'elle est carrément malveillante, la cousine de Clovis est une personne presque charmante. Et une excellente cuisinière. 
Mais je n'en attendais pas moins. Il faut au moins ça pour qu'elle puisse brouiller les pistes et montrer au monde le visage de quelqu'un qui leur veut du bien.
Du coup, si on oublie tous les moments où j'ai du l'écouter insulter copieusement divers même de ma famille sans broncher, on peut dire que ça s'est plutôt mieux déroulé que ce que je pensais. 
Je pense qu'elle m'aime bien en fait. Ça doit la réjouir de savoir que ma famille va rencontrer sa terrible fin de la main même d'une de ses membres.
Enfin, ça c'est ce qu'elle croit.
Heureusement que papa a eu l'idée de leur envoyer Orphée avant moi.
S'il n'a pas vraiment eu une fin heureuse, elle n'a strictement rien à voir avec le fait qu'ils ne lui faisait pas confiance, et jusqu'à la fin, ils ont cru qu'il était de leur côté. Il a juste commis une petite erreur de parcours qu'ils n'ont pas su lui pardonner. 
Un fâcheux incident, dixit Victoria. Ce que j'ai dû acquiescer en serrant les dents tout en pensant qu'elle était juste en train de jouer avec mes nerfs pour essayer de me faire craquer.
Du coup, ça les a quand même préparés à l'idée que l'un d'entre nous puisse avoir envie de s'associer avec eux.
Finalement, j'ai tenu bon tout le dîner, et je crois qu'elle s'est laissé prendre.
Mais ça, l'avenir nous le dira.