Jour 462

Aujourd'hui était le grand jour et tout le monde savait ce qu'il avait à faire.

On s'est séparé en deux groupes, chacun avec sa propre mission.

Émilie est allée au commissariat avec mes preuves, dont celle irréfutable que les Gothik étaient responsables de la mort des ses parents. Elle voulait absolument s'en occuper et on est tous tombé très vite d'accord pour dire que c'était plus sûr pour elle. Et pour nous aussi.

Parce que nous, Hope, Clovis et moi, on s'est rendu chez les Gothik pour être sûr qu'ils ne prennent pas la poudre d'escampette avant que la police ne leur mette la main dessus. 

Parce que c'était sûr qu'ils avaient des contacts là bas et qu'ils seraient prévenus immédiatement dès que ça commencerait à sentir le roussi.

Et je pense que ça a été la meilleure décision qu'on ait prise.

On est arrivé à la tombée de la nuit et même s'ils ont été un peu surpris de nous voir, surtout avec ma soeur, ils nous ont fait entrer sans trop se faire prier.

A l'intérieur, ça se voyait qu'ils préparaient à partir en voyage. A la vie de l'avancée des préparations il était temps d'agir.

On s'est installé dans le salon et on a papoté un peu autour d'un thé.

En fait, on a surtout parler de qui allait prendre leur place pendant leur absence, et si je n'aurais pasété sur le point de les trahir et si je ne les détestais pas de tout mon être, j'aurais été flattée qu'ils aient pensé à moi et me propose cette place 

Ça m'a permis aussi d'expliquer un peu qu'on avait emmené Hope parce qu'elle voulait nous aider à développer de nouveaux gadgets pour développer le business, tout ça ...

Bien sûr, il a fallu expliquer notre querelle et sa résolution et on s'en est pas trop mal sorti en expliquant qu'on avait juste fini par avoir la même vision du monde qui nous entoure et que ça nous a finalement rapprochés. Je passe les détails.

Bref, au bout d'un moment, la cousine de Clovis a reçu un coup de téléphone et elle est devenu visiblement très agité au fil de la conversation. On n'entendait pas exactement ce qui se disait, mais tout avait l'air de se dérouler comme on l'a ai prévu. C'était le signal qu'Emilie avait accompli sa mission et que ça se préparait à débarquer ici au commissariat. 

C'était là que le plus allait se jouer.

On a fait comme si on avait rien remarqué et on a continué à papoter comme si de rien n'était jsuqu'à ce qu'elle essaie de nous mettre dehors, de façon plutôt brusque je dois dire.

Et elle a commencé à vraiment s'énerver quand elle avu qu'on avait pas vraiment l'intention de bouger. Du moins tant que la police ne serait pas arrivée. 

Le masque commençait à s'effriter sous la panique totale qu'elle essayait de cacher.

Et après ça, j'aurais bien voulu dire qu'on avait fait quelque chose de super héroïque et impressionnant, une séquence pleine d'actions, de bagarres à faire pâlir d'envie les amateurs du genre. Mais ce n'est pas du tout ce qui s'est passé. Parfois, arrêter les méchants n'est pas aussi passionnant qu'il n'y paraît.

Quand Hope a vu que ce petit monde allait finir par nous jeter dehors et nous filer entre les doigts, elle a juste sorti le rayonSim qu'elle avait emmené avec elle au cas où et elle les a refroidi. Littéralement.

Emprisonnés dans la glace sans pouvoir faire un seul mouvement. C'était temporaire bien sûr, juste le temps que quelqu'un vienne les chercher.

Et c'est comme ça que tout s'est fini. Sans feu d'artifice, ni combat épique.

Juste nous trois et ces deux statues de glace. 

C'est là qu'Hope m'a prise dans ses bras et m'a sera serrée très fort contre elle. Et là, j'ai su qu'à partir de maintenant tout irait pour le mieux, et ça jusqu'à la fin de nos vies.