5. Rejet

«Ton téléphone sonne. Une de tes conquêtes peut-être ?»

«Il faudrait déjà que j’ai eu le temps d’en faire. Tu connais les deux seules femmes que j’ai rencontrées. Et t’avais pas l’air emballé, je n’ai pas été plus loin.»

«Parce que tu écoutes mes conseils ? Et puis la première, je n’ai jamais dit que j’étais totalement contre.»

« Le ton de ta voix m’a bien fait comprendre que je devais continuer à chercher.»

« Si elle te plait vas-y. Je vais pas t’empêcher de suivre ton coeur.»

« C’est bien ça le problème. Aucune d’entre elle n’a provoqué cette petite étincelle qui déclenche l’incendie. Je préfère continuer à chercher.»

« C’est très fleur bleue de part mais tu sais il faut parfois se contenter de ce que l’on a.»

« Tu voudrais arrêter de faire la girouette sans arrêt ? Tu fais entrer une idée dans ma tête et une fois qu’elle est bien installée, tu changes d’avis. Ça devient lassant.»

« Peut-être, mais je vois aussi le temps qui passe et tu es encore tout seul. A ce rythme là, tes enfants t’appelleront papi ou pire, tu mourras tout seul.»

« Euh... C’est quoi ça ?»

« Ma dernière rencontre.»

« Elle a l’air un peu verte. Du genre qui a dépassé la date de péremption depuis bien longtemps.»

« Elle était normale y a deux secondes. C’est sûrement la lumière de la pleine lune, le soleil vient de se coucher.»

«Ah c’est la pleine lune ? Je comprends mieux. Je serais toi, je laisserai tomber pour ce soir et je la rappellerai plus tard.»

« Pourquoi ? J’ai l’impression que tu me caches quelque chose ?»

« Non rien du tout. Mais si tu tiens à la vie, je te conseil de rentrer chez toi ce soir.»

« Tu me fais peur. Non mais attends... Elle ne serait pas transformer en zombie par hasard ?»

« Où as-tu entendu parler de ça ?»

« Tout le monde sait que le soir de pleine lune, la ville est envahi de zombie. Mais ils sont inoffensifs !»

« Tu as déjà entendu parler de quelqu’un qui s’est fait attaquer par un zombie ?»

« Non.»

« Et tu crois que c’est parce qu’il n’y en a jamais eu ?»

« Je pense que je vais rentrer.»

« Tu ne voulais pas rentrer chez toi ?»

« Si mais j’ai jamais dit que j’allais rester à l’intérieur»

« Tant que tu vas bien. Et puis tu travailles tes compétences, je ne vais pas m’en plaindre.Un pas de plus vers ton destin.»

« C’est fatiguant quand même d’avoir ce poids sur les épaules.»

« La question est : as-tu choisi toi-même cette voie ou as-tu été investi d’une mission divine ?»

« Je n’ai pas vraiment envie de réfléchir à tout ça maintenant, je suis exténué».

« Je ne sais vraiment pas comment tu fais. Tu dors toute la journée, mais tu es tout le temps fatigué.»

« La sculpture, ça fatigue.»

« Au moins, grâce à ça, y a quand même quelqu’un ici qui réfléchit.»

« Toujours aussi drôle à ce que je vois.»

 

« Je vois que monsieur se fait plaisir.»

« Ça fait un moment que je l’ai commandé ce nouvel établi. En même temps que la maison en fait. Mais il a mis du temps à arriver.»

« Tu vas t’en servir pour quoi ?»

« Je me suis dit qu’avec les compétences que j’ai accumulé sur la modélisation d’objets statiques, je pouvais commencer à réfléchir à quelque chose d’un peu plus fonctionnel.»

« Ou quand un Sim décide de mélanger arts et technologie. Je me demande bien ce que ça va donner.»

« Fais moi confiance tu ne seras pas déçu.»

« Tant que tu continueras à remplir le contrat, je ne dis rien. Je me demande quand même si tu n’a pas une idée derrière la tête.»

« Alors, tu as bien profité de ta nouvelle activité ?»

« Pas encore, j’ai passé la journée à lire des bouquins pour partir sur de bonnes bases.»

« Et maintenant ? Tu es venu te détendre au festival ?»

« Exactement. Mais pas tout seul.»

« Oh, tu vas appeler ton amie de la dernière fois ?»

« Oui, on verra bien si elle veut me revoir.»

« Et si elle se souvient de toi. Vous n’avez pas passer tellement de temps ensemble.»

« Alors ?»

« Chut ! Je suis au téléphone.»

« Elle dit quoi ? Elle a l’air emballé ?»

« Je dirais pas emballé, mais elle n’est pas contre l’idée de venir me rejoindre.»

« Je vais pouvoir enfin voir à quoi elle ressemble.»

« Si tu as si puissant que tu le dis, pourquoi tu ne sais pas à quoi elle ressemble.»

« J’ai préféré me garder la surprise. Et puis je ne savais pas si tu la reverrais. J’ai pensé que ça ne valait pas l’effort de recherche si tu avais décidé qu’elle ne valait pas le coup.»

« C’est la meilleur des trois que j’ai rencontré pour l’instant. Si tout se passe bien, elle deviendra peut-être la future mère de mes enfants.»

« C’est fou ce que tu as l’air enthousiaste à cette idée.»

« Pourquoi tu dis ça, je suis très content de voir ma descendance se rapprocher.»

« Tu aurais pu dire que tu étais sur le point d’avoir ton premier rendez-vous avec ta future femme. Dis moi juste que tu ne te fais pas ça pour me faire plaisir et que tu veux vraiment épouser cette femme.»

« Comme tu as dit, on a pas toujours ce qu’on veut dans la vie. Tu avais raison, je n’ai pas assez de temps pour trouver celle qui me rendra vraiment heureux. Mais si je me sens bien avec quelqu’un, n’est-ce pas assez pour passez le reste de nos vies ensemble ?»

« Je veux juste que tu ne fasses pas de bêtises et que tu m’en veuilles par la suite.»

« Tu es en charmante compagnie dis-moi. Elle a l’air en effet beaucoup moins verte que l’autre soir.»

« Ça se passe bien pour l’instant.»

« On peut dire ça. Elle n’est pas insensible à mes charmes on dirait.»

« Facile quand on est naturellement irrésistible.»

« Si jamais elle devient madame Touguézeur, il y aura quand même quelques petites choses à changer.»

« Comme ?»

« Son look. Le gilet et la petite robe à carreau, ça fait un peu grand-mère. Elle est de ton âge j’espère ? Pas besoin de faire rentrer une croqueuse d’homme incapable de te faire des enfants.»

« Je n’en suis pas arrivé là en naviguant à l’aveugle. J’ai vérifié son âge. Et son statut actuel. Pas envie de me retrouver avec le titre de briseur de mariage.»

« Je te félicite pour ton honnêteté.»

« Malgré tous les défauts que tu m’attribues, j’ai quand même quelques qualités.»

« Je ne passe pas tout mon temps à te critiquer quand même. Et si je le fais c’est uniquement parce que je suis là pour te guider dans la bonne direction.»

« Tu as l’air de lui avoir sacrément taper dans l’oeil. Ça a l’air bien parti.»

« Oui, je pense aussi. Je suis plutôt fier de moi.»

« Moi aussi, je suis fier de toi. Tu as accompli pas mal de choses depuis tes débuts. Certes, tu n’es pas riche, mais l’argent ne fait pas tout. J’espère que ce futur union t’apportera tout le bonheur que tu mérites.»

« Ne t’emballes pas, rien n’est encore définitif. Tout peut arriver. Mais je note tes encouragements. Ça change de tes habitudes.»

« Pour une fois que c’est toi qui reste prudent. Je suis juste impatient de voir des petits têtes rousses courir partout dans la maison.»

« Oui la maison. Je vais attendre avant de lui en parler.»

« Elle n’est pas déjà au courant ? Les gens de la ville devrait te connaitre depuis le temps. Elle s’imagine peut être que tu viendras habiter chez elle. Tu as déjà vu sa maison ?»

« Aucune chance que je déménage, mon terrain est très bien placé. Je n’ai pas encore été chez elle, mais de toute manière, il suffira de revendre sa maison et d’utiliser l’argent pour modifier la maison et la rendre habitable pour elle, les enfants et moi.»

« Je ne veux pas rater ça.»

« Qu’est ce qui s’est passé ? Tu lui as parlé de ton idée ?»

« Non, je lui ai envoyé un baiser. Je pensais qu’elle aimerait ça mais apparemment, c’est tout le contraire.»

« Tu t’es brossé les dents avant le rendez-vous ? C’est peut être ton haleine qui la repousse.»

« Bien sûr que oui. J’aurais du l’embrasser plus franchement, peut-être qu’elle espérait plus et qu’elle n’arrive pas à cacher sa déception.»

« Fais-moi confiance, ce n’est pas la tête de quelqu’un de déçu. C’est plus du dégout.»

« Et voilà que s’envole mes rêves.»

« Tu arrives un peu vite à la conclusion. Elle n’était peut-être pas encore prête pour ça. Tu devrais t’excuser et remettre ça plus tard, quand vous vous connaitrez un peu plus. Et puis, il a des règles à respecter aussi. Vous venez à peine de vous rencontrez... »

« Je veux bien qu’elle ne s’attende pas à ça mais avoir une telle réaction à un de mes baisers, c’est un peu vexant quand même.»

« Bon je retire tout ce que j’ai dit. Elle n’est définitivement pas très polie. On dirait qu’elle va vomir. Deux solutions, soit elle n’est pas attiré par les hommes, soit c’est juste toi.»

« Ça y est je te retrouve bien là.  Chassez le naturel et il revient au galop.»

« Tu seras quand même d’accord pour dire qu’elle n’est pas bien sympa. Elle pourrait au moins se retenir et t’indiquer poliment qu’elle n’apprécie pas ton geste. A croire que les bonnes manières se perdent de nos jours.»

« Il faut juste que je travaille encore un peu ma technique. Peut-être qu’elle fait exprès de paraître inaccessible pour ne pas paraître trop facile.»

« Permets-moi de douter. Mais de toute manière, je t’ai dit que je respecterais tes choix. Si tu veux poursuivre avec elle, ne te gêne pas.»

« De toute manière, je ne te demande pas ton avis. Et même si ça ne te plait pas, tu ne pourras pas faire grande chose.»

« À part te tourmenter pour le reste de ta vie ?»

« Tu ne feras jamais ça.»

« Ça reste à voir.»

« Le clin d’oeil fonctionne mieux ?»

« Non pas vraiment. Elle vient de partir en disant que j’avais sûrement des problèmes et qu’elle n’était pas là pour les régler.»

« Ça fait mal. Tu vas bien ?»

« Ça va. Je ne perd pas espoir. Bientôt, elle décidera qu’il est temps d’arrêter de jouer et nous pourrons enfin commencer les choses sérieuses.»

« Ou pas. Elle n’est peut être tout simplement pas intéressée du tout après avoir fait plus amples connaissances. On ne peut pas plaire à tout le monde. L’amour a ses propres règles que seul l’amour connait.»

« Je ne baisserais pas les bras.»

« Appelle moi quand vous aurez réglé vos affaires. Je ne veux pas être là quand ça tournera mal.»