24. Like a virgin

« Quelque chose me dit que Marina n’est pas très loin. »

« Qu’est-ce qui te fait dire ça ? »

« Toi scrutant l’horizon avec attention. Je me dis donc que tu t’attends à voir quelque chose arriver. Et vu ta tenue, je me dis que ça ne peut être que Marina. »

« Félicitations, on ne peut rien te cacher ! »

« Tu sais, je pense que ce n’est plus la peine d’utiliser de tes charmes pour la séduire. D’après ce que j’ai pu voir la dernière fois, c’est déjà dans la poche. »

« Je préfère mettre toutes les chances de mon côté ? »

« Pourquoi aurais-tu besoin de chance ? »

« Tu verras ! »

« C’est un peu ta tenue de travail cette tenue en fait ? »

« C’est quoi ce sous-entendu ? »

« A chaque fois que tu invites Marina, tu ne prends même pas la peine de te mettre quelque chose sur le dos. »

« C’est une coïncidence. »

« Une coïncidence ? Laisse moi rire. »

« Chut, elle arrive ! »

« Tiens elle aussi elle vient tout le temps te voir dans la même tenue. J’espère que ce n’est pas la seule en sa possession. »

« Elle ne te plait pas ? »

« Pas vraiment. Je sais pas si c’est le mélange casquette/t-shirt avec une jupe ou autre chose. »

« Je croyais qu’elle te plaisait ! »

« Tant qu’elle te plait. Et puis si elle ne me plaisait pas, je ne t’aurais pas pousser vers elle ! »

« Tant mieux, parce que tu vas la voir beaucoup plus souvent à partir de maintenant ! Je viens de lui demander d’emménager. »

« Et j’imagine qu’elle a dit oui. Pour quelqu’un qui ne voulait pas s’engager il y a quelques temps, je te trouves drôlement rapide. »

« Pourquoi perdre du temps, je ne sais pas si j’aurais encore une autre chance. »

« Qui sait ? »

« Je t’interdis de me faire revivre ça. »

« Je vois qu’elle a fini par se changer. Je la préfère comme ça. »

« Tu es revenu ? Je pensais que tu étais vexé ? »

« Vexé ? Pourquoi ? »

« Non rien. »

« Ecoutes, je sais que ce n’était pas facile de revenir comme ça, mais si je ne regrette pas. Je pense que tu n’as pas profité de la vie autant que tu aurais pu. Et c’est en partie ma faute. Je t’ai trop poussé à réaliser ta mission au lieu de te laisser passer du temps avec ta famille. Je me suis dit que tu avais le droit à une seconde chance après que tu nous aies quitté.»

« C’est trop tard pour avoir des regrets. Et puis je suis quand même content d’avoir une deuxième chance. J’ai bien l’intention de faire mieux cette fois. Pour Rosaria et Antonio.»

« Tu sais que je t’aime beaucoup, mais là tu en fais un peu trop. Mais j’aime ton état d’esprit. Et puis tu remarqueras que je ne t’ai pas embêté avec ta mission. »

« J’en fais autant que je veux. Et tu remarqueras que sans que tu me le demandes, je m’attèle à réaliser ma mission. »

« Et Marina, elle veut faire quoi dans sa vie ? Tu lui as parlé de moi ? »

« Pas encore. Et tu vas être content, elle est plutôt créative aussi. Elle veut se lancer dans l’écriture. »

« C’est parfait ça, elle pourra écrire ta biographie pour les générations futures. »
« Je suis avez vous. Moi aussi ce tableau m’a fait le même effet. »

« Très drôle. »

« Dommage que ta femme ne puisse pas t’aider cette fois. »

« Vous vous entendriez bien, elle ne t’a pas attendu pour me taquiner. »

« Alors moi je suis méchant, et elle, elle te taquine. Merci pour ton objectivité ! »

« Ce n’est pas pareil. »

« Bien sûr… Mais attends, depuis quand tu as une maison toi ? »

« Marina a apporté ces économies avec elle. On en a profité pour se construire un petit nid d’amour. » 

« Un peu facile non ? »

« C’était une des conditions de son emménagement. »

« Quoi ? Tu l’as faite emménager uniquement pour son argent ? »

« Non elle a accepté d’emménager uniquement si j’acceptais d’utiliser ses économies pour nous construire un petit chez nous. »

« Elle ne doit sûrement pas trop aimer le camping. »

« Ou elle est simplement généreuse ? »

« Je ne la connais pas assez pour rendre un jugement définitif. »

« Ça ne t’a pas dérangé quand tu m’as poussé dans ses bras ! » 

« Besoin d’air ? J’espère que tu ne me fuis pas. »

« Te fuir ? Même si je le voulais, j’aurais du mal non ? Et puis je ne t’en veux pas de m’avoir poussé dans la direction de Marina. »

« Je vois ça. Tu n’es pas à plaindre. »

« Pour une fois je ne vais pas te contredire. J’ai plus de chance dans ce monde que dans l’ancien. J’ai trouvé mon âme soeur sans effort, j’ai déjà une maison. Je ne pourrais pas être plus heureux. »

« Tu sais quoi ? Cela me fait très plaisir. Et cela me rassure aussi. Je n’étais pas encore sûr d’avoir fait le bon choix. »

« Le bon choix ? »

« Te tirer de ton repos éternel ou recommencer ici avec quelqu’un d’autre. Mais ça n’aurait pas été la même chose sans toi ici. »

« Quelqu’un d’autre ? Tu peux être sûr que je t’en aurais voulu à mort. »

« Et comment l’aurais-tu su ? »

« Bon laisse moi tranquille. J’aimerais concentré mon attention sur ma moitié. Elle va penser que je m’ennuie avec elle. »

« Que c’est mignon. Vous faites vraiment un beau couple. Aucun doute sur les sentiments que vous partagez. J’espère que cela va durer.»

« Et pourquoi ça ne durerait pas ? Je l’aime, elle m’aime, c’est bien suffisant. »

« Ce n’est que le début. Qui sait ce que vous ressentirez l’un pour l’autre dans quelques jours, quelques semaines, quelques mois… quand vous connaitrez vraiment l’autre. »

« Tu es quelqu’un de complexe. Je ne sais jamais ce que tu penses.  Un coup tu me dis un truc, et deux minutes plus tard le contraire. Je suis perdu, je ne sais plus. »

« Pour l’instant suis ton coeur. Mais soit prudent. On ne sait jamais. »

« C’est ce que j’avais l’intention de faire. Mais je suis confiant. Quand je la regarde, je ne vois que l’amour qu’elle ressent pour moi. Et ce ne sont pas ses actions qui me diront le contraire. Je te le dis, j’ai trouvé ma perle rare. »

« Je te l’accorde, pour l’instant j’ai du mal à imaginer que cela puisse mal se terminer entre vous. »
« Tu as la tête de quelqu’un qui vient de faire une gaffe. Tu as laissé des limaces dans la salade ? »

« Très drôle. J’essaie de pas faire de bêtises surtout.»

« C’est quand même plutôt dur de rater une salade. Ou alors tu y mets plutôt de la mauvaise volonté. »

« Non mais c’est notre premier repas dans notre chez nous. Il ne sera jamais parfait mais j’aimerai quand même qu’il soit le plus réussi possible. Pour qu’on en garde seulement un bon souvenir quand on racontera tout ça à nos enfants plus tard.»

« Toi tu as autre chose derrière la tête. Une après midi en amoureux, un petit dîner romantique … »

« Romantique ? J’aurais pu faire mieux si c’était mon but. »

« A ce stade de la relation, un rien peut paraître romantique. Rien que de te voir faire la cuisine doit la rendre très heureuse. N’oublie pas de faire la vaisselle à la fin du repas, et c’est dans la poche. »
« Ton estomac va pas se remplir tout seul tu sais ? Et contrairement à ce que tu peux entendre, c’est difficile de vivre uniquement d’amour et d’eau fraiche. »

« Quoi ? »

« Je disais que ce n’est pas en regardant Marina manger que tu vas te remplir l’estomac. »

« Y a pas le feu ! »

« Et si elle finit son assiette avant toi, tu trouves ça sympa de la laisser te regarder mange ? En tout cas, Marina n’a aucun scrupule, elle.»

« Et tu doutais de mes capacités à réalisé une salade ? »

« Euh non justement. C’est toi qui avait l’air de trouver ça compliqué. »

« Elle doit apprécier en tout cas si elle avale sans broncher. »

« Ou alors elle se sent plutôt mal à l’aise de sentir ton regard sur elle pendant qu’elle mange. Il y a  des gens qui supportent mal de se sentir observés comme ça. »

« Elle est si belle, je ne peux pas m’empêcher de la regarder. Je suis si heureux qu’elle soit avec moi ce soir. »

« Crois-moi j’avais vu ! Elle te rend un peu niais aussi. Je ne sais pas si c'est une bonne chose de l'avoir avec toi tout le temps.»
« Je vois que vous n’avez pas oublié le dessert.»

« Euh, tu fais quoi là ? Tu veux pas aller faire un tour. Je suis occupé là. »

« Je vois ça. »

« C’est bien ça le problème ! »

« Je te déconcentre ? »

« C’est pas le premier problème qui me vient à l’esprit. J’aimerais bien un peu d’intimité. »

« C’est pas comme si il y avait quelque chose à voir ! »

« Et ça te gêne pas de nous observer comme ça, dans un moment pareil. »

« C’est pas comme si c’était la première fois. Pas plus que ta première fois d’ailleurs. »

« C’est ma première fois avec ce corps. »

« Il y a un problème, il est défectueux ? Besoin d’un mode d’emploi ? De ce que j’en sais, il devrait être à peu près construit comme le précédent.»

« Très drôle. »

« Bon je m’en vais si tu insistes. »
« Un problème ? »

« J’ai un besoin urgent. »

« Et t’as besoin de moi pour ça ? Tu sais pas non plus comment faire avec ton nouveau corps ? »

« Je sais très bien me servir de toutes les parties de mon corps. »

« Faudra demander ça à Marina, c’est la seule personne à même de confirmer cette affirmation. »

« Non mais là c’est pas pareil. »

« Pas pareil ? »

« Ben avant, j’avais juste cette envie pressante et puis c’est tout. Maintenant c’est comme si quelque chose appuyait sur ma vessie et faut que je me concentre pour me retenir. »

« C’est compliqué ça ! »

« Ben le problème c’est pour marcher surtout. C’est pas très confortable ! »

« Je peux savoir pourquoi on discute de ça ? Tu ne veux pas aller te soulager plutôt que de me raconter que tu as une envie pressante ? »

« C’est toi qui m’a demandé ! »

« C’est toi qui m’a fait signe ! »

« Je me suis dit que ça t’intéresserai autant que de m’observer pendant que je suis sous la couette avec ma petite amie. »

« Ton envie pressante ne produira pas de descendance. Enfin pas ce genre d’envie pressante. Tu sais, il y a fort longtemps, quand le roi se mariait, on faisait entrer des gens dans la chambre lors de la première nuit de noces. »

« Si j’étais un roi, ça se saurait. »

« Tu es un peu mon champion, on pourrait considérer que tu es un peu un roi. »

« Cette conversation prend une tournure bizarre. Je sens que tu devrais aussi allez prendre un peu de repos. »