13. Incidents

« Je vois que j’arrive à temps. Encore un court-circuit ? »

« Oui, je ne maitrise pas encore tout à fait toutes les subtilités de la mécanique. »

« Et tu ne penses pas que c’était la première chose à faire avant de te lancer dans une nouvelle activité ? »

« Pourquoi perdre du temps ? J’apprends les choses au fur et à mesure. Et puis c’est le meilleur moyen de faire des grandes découvertes. On trouve toujours des les choses quand on ne les cherches pas. »

« La mort par exemple ? »
« Au moins Rosaria prend ça bien, elle a l’air de trouver que tu as un peu bronzé. »

« Oui ben ça c’est seulement après le savon qu’elle m’a passé. »

« C’est bien normal. Tu as une famille à nourrir. Si elle n’avait rien dit, je me serais un peu inquiété. Mais tout est bien qui finit bien. Pour cette fois. »

« Ça ne se reproduira plus, promis. »

« C’est ce que tu as dit à Rosaria aussi ? J’espère que tu pourras tenir cette promesse ! »
« En attendant, il serait peut être temps de s’occuper un peu de la maison non ? La cuisine est une vrai porcherie.Le comptoir est dégoûtant, la vaisselle sale traîne et le robinet fuit. Vous vivez ici ou vous faites seulement semblant ? »

« Excuse-moi, j’étais occupé à brûler. Je peux pas tout faire en même temps. »

« Si tu avais fait brûler la cuisine, au moins elle ne serait pas dans cet état. »

« Je me trompe peut être mais ça serait pire non ? »

« Voilà maintenant tu es dans le bon état d’esprit : cela pourrait être pire ! »
« Sinon tu peux toujours demander à l’alien dans ton jardin. »

« Elle est revenue finalement ? »

« Apparemment. Elle a appris quelques trucs aussi. Par contre je ne suis pas sûr qu’elle ait bien compris. Sa tenue n’est pas trop passe-partout. »

« C’est joli je trouve. »

« Oui mais déjà avec la tête qu’elle a, cela doit être difficile de ne pas se faire remarquer alors si elle se promène en kimono dans Monte Vista… Niveau discrétion, on a vu mieux. »
« Ça y est, elle est partie. Tu n’as pas été lui dire bonjour. Cela fait un moment que vous ne vous étiez pas vus. »

« Pas le temps, il y avait la cuisine à nettoyer tu te souviens. »

« Je vois ça. C’est bien, vous faites enfin des choses ensemble. Tu sais que je ne vous ai jamais vu autant ensemble depuis votre rencontre ? »

« J’aurais préféré qu’on fasse autre chose ensemble. Comme activité de couple, on a vu mieux. »

« Que veux-tu ? Cela fait partie de la vie quotidienne. Et puis comme vous vous y mettez à deux, le ménage sera terminé plus vite et vous pourrez passer à autre chose, ensemble ! »
« On repassera pour les activités de couple. Vous avez traités la cuisine contre les cafards  pour que Rosaria soit obligé de manger sur les toilettes ? »

« Hum… Bonne question. À laquelle je n’ai pas de réponse. Elle avait besoin d’un peu de tranquillité peut être ? »

« Ne me dis pas que vous avez encore oublié de payer vos factures et que l’huissier est passé prendre le reste des chaises. »

« Mais non. »

« Drôle d’idée quand même. En plus elle sont un peu dégoutantes ces toilettes. Il faudrait aussi faire le ménage dans la salle de bain. En tout cas, c’est vraiment pas un endroit où je me serais installé pour manger. J’espère qu’elle a vraiment une bonne raison. »
« Oh, premier jour d’école pour le petit ? »

« Oui, c’est fout comme ils grandissent vite. »

« La prochaine génération est bientôt en route. »

« Ils ne grandissent quand même pas aussi vite. J’espère qu’il va attendre un peu avant de mettre la prochaine génération en route. »

« Tu verras ça arrivera plus vite que tu ne le penses. »

« Pour l’instant, tant qu’il travaille bien à l’école et qu’il ramène des bonnes notes, je serais content. On a encore le temps de penser à la suite. »

« Rosaria est vraiment douée ! Par contre j’ai du mal à croire qu’elle ait utilisé une équerre pour faire ça. »

« Pourquoi elle pourrait pas ? »

« Euh… Je commence à comprendre pourquoi tu es aussi doué en peinture. »
« Antonio a l’air aussi doué que toi. Heureusement il a encore le temps de s’améliorer. »

« C’est mignon non ? »

« Un peu sombre mais oui pour son âge c’est bien. Par contre je pense toujours que quelqu’un de ton âge devrait faire mieux ! »

« Ah ah. »

« En tout cas, il a l’air déterminé. J’espère qu’il ne va pas nous poser trop de problèmes en grandissant. »

« Si il pose des problèmes à quelqu’un, ça sera d’abord à nous. Tu n’est pas vraiment là je te rappelle. »

« Je sais, mais si il décide que finalement, il ne veut pas suivre la voie que nous avons tracée pour lui. »

« Que tu as tracée pour lui. En ce qui me concerne, mon fils fera ce qu’il veut. Je vais juste lui faire découvrir ma passion, si ça lui plait tant mieux. Sinon je ferais avec. »

« Je ne le forcerais pas non plus à faire autre chose non plus. Il faudrait qu’il m’entende d’abord. Mais avec deux parents comme les siens, ça m’étonnerait pas qu’il finisse aussi par choisir une voie artistique. »
 « Tu fais la cuisine pour tout le monde ? »

« Oui, Rosaria bosse dur pour avoir une promotion et Antonio fait ses devoirs. Je me suis dit q’un bon repas ferait du bien à tout le monde après tout ce travail ! »

« Vous commenceriez presque à ressembler à une vraie petite famille ! »
« Effectivement, il travaille dur votre petit Antonio. Si il continue comme ça, il finira premier de la classe. »

« J’espère bien. C’est mon fils après tout. »

« Qu’est ce que tu en sais, tu n’as jamais été à l’école. Enfin pas vraiment. »

« La faute à qui ? »

« Parce que tu aurais voulu que je te crée sous la forme d’un bébé ? Qui se serait occupé de toi ? »

« Mes parents peut-être ? »

« Si j’avais eu le temps et l’envie de te créer des parents, je l’aurais fait. Mais c’était bien plus intéressant de commencer avec toi directement à l’âge adulte. »

« La moitié de ma vie est fabriquée de toute pièce. »

« Oh arrête tu vas me faire pleurer. Elle n’est pas bien ta vie ? »
« Tu exprimes ton mécontentement en dormant au milieu du passage dans la cuisine ? »

« Non j’étais fatigué. »

« Et du coup tu t’es dit que t’allais ressortir ton vieux sac de couchage et te coucher là au lieu d’aller jusqu’à ton lit ? »

« Pour une petite sieste, c’est mieux que de dormir à même le sol non ? »

« Je ne ferais aucun commentaire. Et je ne sais pas ce qui m’inquiète le plus, toi couché par terre ou Rosaria qui fait la vaisselle comme si de rien n’était. »

« Elle ne voulait pas me déranger sans doute. C’est ça l’amour. »

« Ou alors elle allait en profiter pour prendre ses jambes à son coup mais maintenant c’est trop tard. »

« Très drôle comme d’habitude. »

« En tout cas, je ne peux pas m’empêcher de remarquer qu’encore une fois la cuisine est dans un état lamentable. Qu’est ce que vous faite dans cette cuisine ? »
« Tu es toujours sûr que Rosaria ne pense pas à aller voir ailleurs ? »

« Pourquoi tu dis ça ? »

« Je sais pas, elle reçoit des clients habillés très légèrement je trouve. »

« Les gens ont besoins de conseils pour tous les types de tenues non ? »

« Oui j’imagine. Si tu lui fais confiance… »

« Tu ne lui fais pas confiance ? Tu sais quelque chose que je ne sais pas ? »

« Non pas du tout. Je m’inquiète pour toi. Mais si tu ne vois pas de problème, je ne dis plus rien. »
« Antonio est vraiment concentré sur ses études. Il est bien ce petit. »

« Je dois dire qu’on est plutôt chanceux ! »

« Vous pensez en faire un autre ? Il a l’air bien seul quand même. Je verrais bien la chaise en face de lui occupée par un autre de vos rejetons. »

« Pas pour l’instant, on verra plus tard. Pour l’instant, ma descendance est assurée et c’est le principal. On verra plus tard si c’est encore possible de lui faire un petit frère ou une petite soeur. »

« Rosaria a l’air plutôt paniquée ! Qu’est ce qu’il se passe ? »

« Rien, rien. Tu peux revenir plus tard. Il ne se passe absolument rien ! »

« Adam ? Tu me caches quelque chose ? »

« Rien du tout. »

« Tu sais que tu ne peux rien faire pour m’empêcher d’aller jeter un oeil ? »

« Malheureusement. Mais je te promets qu’il n’y a rien de particulier à voir. »

« Tu devrais pas promettre comme ça. »
« Oh mon dieu !  Encore ? Comment faites-vous pour oublier de payer vos factures ? Et comment veux-tu que je te fasse confiance après ça ? »

« Je voulais pas que tu serves de ça à chaque fois que tu veux me reprocher quelque chose. »

« Ce n’est pas comme si vous aviez les moyens de remplacer les meubles à chaque fois que vous oubliez de payer les factures. Parce que non seulement vous allez devoir la payer cette facture oubliée mais vous allez aussi devoir remplacer ce qu’il a pris. Visiblement, Rosaria a compris l’importance de la chose. Si seulement elle avait pensé aux factures… »
« J’espère que tu es en train d’apprendre à ton fils à être honnête. Pas comme toi. Et l’important de payer les factures aussi. »

« Voilà exactement pourquoi je ne voulais rien te dire. Maintenant tu vas profiter de toutes les opportunités pour me rappeler le jour où l’huissier est venu une seconde fois. »

« Seulement si il ne vient pas une troisième fois ! »

« Ah ah. »

« À toi de t’assurer que ça ne sera pas le cas. Tu as de la chance qu’ils se contente d’envoyer quelqu’un pour récupérer le montant de la facture. Ils pourraient te couper l’eau courante et l’électricité par exemple. Ça serait beaucoup plus embêtant. »
« Regarde, ton fils s’inquiète de savoir si il vous reste encore assez d’argent pour manger. »

« Mais non, il félicite Rosaria pour son délicieux repas. Ne déforme pas tout non plus. »

« Non mais tu crois qu’il pense quoi ce petit ? Depuis qu’il est né, l’huissier est déjà passé deux fois. Sans parler des rumeurs qui vont courir en ville. J’espère qu’il ne va pas être la risée de la cour de récréation après ça. »

« Les gens sont des imbéciles. »

« Et bien c’est pas comme ça que les rumeurs vont s’arranger. »

« Ils riront moins quand je serais un artiste de renommée mondiale et que Rosaria sera la styliste à le mode et habillera tout le quartier. »