21. Brave new world

«  C’est ça la mort ? Je suis déçu je pensais que ça serait un peu plus luxurieux ! »

« Mais c’est joli non ? Regarde moi cette vue ! »

« Tiens t’es là toi ? Je croyais que tu ne pouvais pas m’accompagner et surtout que tu ne savais pas où j’allais atterir ! »

« Ce n’était pas tout à fait vrai. J’ai bien évoqué un moyen… »

« Evoqué ? Tu n’as même pas répondu à ma question quand je te l’ai posée ! Tu m’as laissé partir vers l’inconnu sans rien dire. »

« Je n’étais pas sûr du résultat, c’est tout. Je ne voulais pas que tu te fasses trop d’espoir ! »

« Bon quand est-ce que je rejoins ma famille. »

« Euh… »

« Euh quoi ? »

« Ce n’est pas vraiment possible. Tu es mort là bas. »

« Oui mais je suis là »

« Ce n’est pas vraiment le même monde. Et puis tu ne reconnaîtrais rien là bas, tu es mort depuis bien longtemps. »

« Attends, je m’assois. Je suis parti depuis combien de temps ? »

« Euh… assez pour avoir une arrière petite fille en âge d’aller à l’université ? »

« Et Rosaria ? »

« Elle a vécue une longue et heureuse fin de vie. »

« Pourquoi tu ne l’as pas fait revenir elle aussi ? »

« Je ne pouvais pas faire revenir tout le monde. Je t’ai choisi toi. »

« C’est quoi ici ? L’enfer ? »

« Mais non. La ville s’appelle Oasis Spring, tu verras c’est très vivant et très jolie. Tu te feras de nouveaux amis en un rien de temps. Et tu trouveras l’âme soeur aussi rapidement je suis sûr ! »

« Tu crois que j’en ai envie. Et puis c’est quoi cette blague encore ? Je repars de zéro ? »

« Tu as un lit ! C’est mieux que la dernière fois. »

« Je te hais. »

« Tu fais la tête ? »

« Je crois que j’ai le droit après tout ce que tu me fais subir ! J’aurais préféré rester dans mon trou.»

« Techniquement tu n’étais pas dans un trou. »

« Tu sais très bien ce que je veux dire. »

« Allez, tu vas voir, tu vas vite t’habituer à cette nouvelle vie. Je suis sûr que tu auras toujours une petite pensée pour ta famille, mais c’est un tout nouveau monde à découvrir et à explorer. Une deuxième chance ! Ce n’est pas donné à tout le monde. »

« Mouais. »

« Regarde, tu reprends déjà les bonnes vieilles habitudes. »

« Je n’ai rien trouvé pour sculpter. Alors par défaut j’utilise le chevalet que j’ai trouvé dans un coin. »

« Je suis sûr que tu vas nous faire de belles choses dès le départ. Tu as vachement d’expérience déjà ! »
« Et ben c’est quoi cette tête ? »

« Je crois qu’on peut dire que je suis pas forcément arrivé ici avec tout mon expérience. »

« Comment-ça ? Fais-moi voir ce tableau. »

« Non ce n’est vraiment pas nécessaire ! »

« Tu appelles qui ? »

« La police, pour lui signaler qu’un fou furieux m’a kidnappé et emmené ici de force dans ce monde bizarre ! »

« Bizarre ? »

« Tu trouves pas qu’on se croirait un peu chez les Bisounours ? Ou n’importe quel dessins animés pour enfants ? »

« Non pas vraiment. »

« Non mais regarde un peu ces couleurs vives ! Ça fait mal aux yeux et ça fait pas du tout réaliste ! Non mais regarde moi ça. »

« Je trouve très bien comme ça moi. J’ai même une préférence pour cette version. »
«Ah je te retrouve ! »

« Je pensais que tu te perdrais. »

« La ville n’est pas si grande que ça, ça n’a pas été trop difficile de te retrouver. Tu fais un peu de sport pour te détendre ? »

« Non pour me défouler. »

« Tu m’en veux hein ? Je pensais que ça te ferait plaisir de revenir. »

« Je suis sûr que ça venir. Il faut juste que je digère l’information. Je ne pensais pas que tu me ferais revenir dans un univers totalement différent. »

« C’est moi ça ? »

« Ben oui, tu as oublié ce que c’est qu’un miroir ? »

« Non mais je n’ai pas de miroir chez moi. Je suis carrément canon. »

« Et jeune. Et apparemment les chevilles un peu gonflées aussi. »

« Non mais regarde moi ça. »

« Je crois qu’on a compris. »

« Non mais vraiment. »

« Oui tu ressemble enfin à quelque chose, et ce peu importe la luminosité ambiante. J’étais aussi très content de l’apprendre. »

« Je commence à l’aimer ce monde. »

« Ben voyons, il ne me semblait pas que tu étais narcissique. »
« Bon qu’est ce qu’il t’arrive encore ? C’est pas avec cette tête que tu vas leur donner envie de te parler ? »

« Je voulais tester mon sex-appeal mais tout ça, ça m’a fait penser à Rosaria. »

« Je suis sûr qu’elle aurait voulu que tu vives ta nouvelle vie pleinement sans culpabiliser. »

« Je pense qu’il va me falloir un peu de temps quand même. »

« Tu es venu noyer ton chagrin dans l’alcool ? »

« Je me suis dit que ça me ferait du bien de venir ici et de voir un peu de monde. »

« C’est vrai que c’est beaucoup plus fréquenté que les bars de Monte Vista. »

« Pour une petite ville c’est pas mal. Je vais peut être me faire quelques amis. »

« Et il sera peut être plus facile de rencontrer quelqu’un. »

« Je n’en suis pas encore là. »

« Même pas cette petite blonde ? Elle m’a l’air fort sympathique. »

« Elle est pas mal mais je crois avoir entendu dire qu’elle était mariée. »

« Ah, tu vois que tu cherches un peu quand même. »

« C’est quelque chose que j’ai entendu. Je ne peux pas vraiment contrôler ce qui arrive à mes oreilles. »

« Dommage, elle me plaisait bien. »
« Et la petite brune en face de toi ? Elle te dévore des yeux ma parole ! »

« Je t’ai dit que j’étais pas intéressé. Tu va me laisser maintenant ? »

« Cela te ferait du bien d’avoir quelqu’un quand même ! »

« Je déciderais moi même du moment où il sera temps que j’ai quelqu’un dans ma vie. »

« J’espère que tu ne vas pas attendre trop longtemps. »

« Tu n’as pas autre chose à faire ? Surveiller ma famille à Monte Vista par exemple ? Tu m’avais promis. »

« Oui je sais, mais ne t’inquiète pas. Je peux faire les deux choses à la fois ! »
« Tu vois quand je te dis qu’elle est intéressée ? Elle tente une approche. »

« Tu dis n’importe quoi ! »

« Tu n’as pas remarqué comment elle te regarde ? Ça peut être dans la poche très facilement. »

« Tu me prends pour qui ? »

« C’est toi qui te vantais d’être canon tout à l’heure. Profites-en. »

« Je ne veux pas précipiter les choses. »

« Moi non plus. Mais ça serait bien que tu mettes moins longtemps à trouver ton âme soeur. »
« Qu’est ce que tu as fait encore ? »

« Je lui ai demandé gentiment de me laisser tranquille. »

« Gentiment ? Tu n’as pas la tête de quelqu’un qui vient de demander quelque chose gentiment. »

« Tu veux pas me laisser tranquille ? J’ai besoin d’être seul un moment. »

« Et elle tu veux pas la laisser tranquille ? Elle n'a pas l'air ravie de te voir »

« Rien j’ai réfléchi un peu et tu avais raison. J’ai décidé d’aller m’excuser. »

« Attention, tu pourrais te prendre une giffle »

« Vu comment je l’ai repoussée tout à l’heure, je comprends. »

« Les yeux de chiens battus, c’est bien vu. On dirait vraiment que tu es désolé. »

« Mais je le suis vraiment. »

« J’espère qu’elle va accepter tes excuses, c’est un bon parti pour toi. »

« Tu veux arrêter d’essayer de me caser ? »

« Mon but dans la vie est que tu fondes une famille, donc non. »

« Super. »

« Femme qui rit … Elle a l’air de t’avoir pardonné. Tu lui as dit quoi ? »

« La vérité. »

« Quoi ? »

« Non je plaisante. Le but ce n’est pas qu’elle me prenne pour un fou non plus. »

« Tu m’a fait peur l’espace d’un instant. Remarque elle aurait pu trouver ça très drôle aussi. Elle aurait pu penser que c’était une technique de drague un peu farfelue. »

« Content d’apprendre que ma vie est une blague. »

« Tu prends toujours tout de travers ! »
« J’espère que tu n’es pas en train de raconter des trucs sur moi. »

« Ça ne te regarde pas. »

« Ça y est tu te rebelles ? Elles sont où tes bonnes paroles juste avant ta mort. »

« Ecoutes, je t’aime bien mais parfois t’es un peu lourd. J’aimerai bien avoir un peu d’intimité parfois. »

« Et bien merci… »
« C’est quoi ce sourire ? Une idée derrière la tête ? »

« Non mais ça fait du bien d’avoir une amie qui n’y est pas. »

« Qui n’est pas où ? »

« Ben dans ma tête tiens ! »

« Et tu te crois drôle ? Tu n’as pas ce trait non plus. »

« En tout cas, elle me trouve drôle. »

« Je sens comme un petit quelque chose dans ta voix. Aurais-tu déjà trouvé chaussure à ton pied ? »

« C’est juste une amie ! »

« On verra … »

« T’es si fatigué que ça ? »

« Je dors pas, je danse. »

« Ta technique est … remarquable ! »

« Tu te moquerais pas de moi par hasard ? Je te rappelle que je t’en veux. Tu ne voudrais pas aggraver ton cas quand même. »

« Si on ne peut même plus rigoler. En tout cas, vous êtes inséparables tous les deux. Je suis sûr que vous allez finir ensemble. »

« Mais tu arrêtes de dire des bêtises ? »

« Oh mon dieu. Tu vas pas te mettre toi aussi à la mode des selfies ? Prochaine étape, tu prends en photo tout ce que tu manges ? »

« Tu m’as vraiment faire revenir pour critiquer tout ce que je fais ? »

« C’est que je découvre une facette de toi que je ne connaissais pas. Tu ne sortais pas beaucoup à Monte Vista. »

« Les gens n’étaient pas aussi intéressant qu’ici. Et puis ils passaient leur temps enfermé chez eux. »

« Oui et puis tu avais un défi à relever. D’ailleurs il serait temps de s’y remettre. Allez, tu dis au revoir et tu rentres à la maison. »

« Tu plaisantes j’espères ? »

« Je croyais que tu voulais rester seul ? C’est l’occasion ou jamais. »