26. You learn

« Je souffre pour toi. »

« C’est gentil. C’est pas facile de reprendre après avoir arrêté si longtemps. Mais y avait urgence. »

« C’est vrai que tu commençais à prendre du poids. Encore un peu et tu aurais pu entrer dans le livre des records. »

« Le quoi ? »

« Le livre des records. C’est un livre qui regroupe tous les records enregistrés. Comme l’homme le plus gros. »

« Tu te moques de moi hein ? »

« Pas du tout. »

« Je sens comme une pointe de sarcasme. De toute manière tu penses ce que tu voudras. J’ai décidé qu’il était temps que je m’y remette. » 

« Tu fais ce que tu veux. »

« Jamais eu à retoucher une de ces machines avant. Il est un peu pourri ton monde. »

« Je dirais plus réaliste. Il faut travailler dur pour avoir ton physique. Et ne te plains pas trop, cela pourrait être encore plus dur. »

« Ben j’aurais préféré que ça reste comme avant. »

« Personne ne t’oblige à t’entretenir comme ça. »

« C’est pour Marina que je fais fais ça. Faudrait pas qu’on se mette à prendre en même temps. Et puis comme ça quand Marina voudra perdre le poids pris pendant la grossesse, je pourrais l’accompagner sans avoir l’air ridicule. »

« Quel chevalier servant. Elle serait ravie d’apprendre que tu te sers d’elle comme excuse. D’ailleurs elle est où ? »

« A la maison avec son amie. »

« Celle que vous essayiez à tout pris d’éviter ? »
« Elle a pas l’air ravie, elle. »

« Marina ? »

« Non la copine. »

« Ah bon ? »

« Peut-être que Marina lui a annoncé qu’elles ne pourront jamais être ensemble ? »

« Très drôle. Et si tu te rendais utile et que t’allais espionner un peu ? »

« Quoi ? Tu veux que j’espionne ta femme ? »

« Ben maintenant que tu as commencé à parler, je suis intrigué. »

« Tu n’auras qu’à demander à Marina. Cela vous fera un sujet de discussion au diner. »

« T’es vraiment pas sympa de garder ça pour toi. »

« J’ai juste jeter un rapide coup d’oeil, c’est tout. Je ne voudrais pas tomber sur quelque chose que je ne veux pas voir ou entendre quelque chose que je ne voudrais pas entendre. »
« Je vois que ta situation s’est rétabli. Ce n’est pas une raison pour se promener à moitié habillé. Plus besoin de séduire madame, elle est coincée avec toi pour un bon moment. »

« Je fais ce que je veux, je suis chez moi. »

« Certes, mais j’espère que tu vas y penser quand tes enfants seront plus grand. »

« Mes enfants ? »

« Vu le ventre de Marina, il pourrait bien y avoir des triplés là dedans ! »

« Tu crois ? Attends je vérifie »

« C’était une blague, je n’ai absolument aucune preuve pour argumenter ce que je dis. »

« Bien, parce que je ne sens rien d’anormal. »

« Tu es médecin depuis quand ? Je ne pense pas que tu puisses déterminer ce genre de chose juste en touchant comme ça. »

« Ben on sait jamais, si je ressens trois coups de pieds en même temps ? »

« Ça pourrait aussi vouloir dire que ton bébé a trois pieds ou qu’il y en a seulement que deux et que l’un d’entre eux a utilisé ses deux pieds. Peut-être qu’il se dit que c’est le moment ou jamais de s’enfuir. »

« Et si je ressens 3 pieds gauches ? »

« Vraiment ? »
« Je ne sais pas ce qui a bien pu se passer entre ses deux, mais c’est plutôt dur ce qu’est en train de faire Marina. »

« C’est une façon déguisée de me demander si je sais ce qui s’est passé l’autre soir ? »

« Peut-être. Mais il faut quand même avouer que ce n’est pas très gentil de sortir de chez soi pour sortir les poubelles et de ne même pas jeter un oeil à la personne qui attends devant la porte. Et tout ça avec un petit sourire en coin. »

« Il faut dire qu’elle a pas été très sympa ! »

« Qu’est ce qui s’est passé alors ? »

« Quand Marina lui a annoncé qu’elle était enceinte, elle s’est mise à pleurer. »

« C’est ce moment que j’ai du apercevoir brièvement. Elle pleurait de joie ? »

« Pas vraiment. Elle pleurait parce que c’était la pire nouvelle qu’on aurait pu lui annoncer. »

« Comment quelqu’un peut-il réagir comme ça à l’annonce de l’arrivée prochaine d’une nouvelle vie ? »

« Elle déteste les enfants. »

« Et cela va donc l’empêcher de voir une de ses amies ? »

« Ne me demande pas pourquoi, je ne comprends pas plus que toi. »

« De toute manière, on a pas besoin d’elle. On se débrouille très bien tout seul. »

« J’espère que vous allez investir bientôt, pas sûr que vos activités conviennent à un enfant en bas âge. »

« Des mots et des images pour éveiller son esprit, c’est tout ce dont il aura besoin. » 

« Cela reste à voir. Tu ne sais pas encore quel caractère aura cet enfant. »

« Avec des parents comme nous, il ne pourra être que créatif. »

« Si seulement cela marchait comme ça. »

« Parce que tu es expert peut être ? »

« Non mais tu as bien vu comment ton fils a grandi. »

« Il était aussi créatif que ses parents. »

« Oui mais pas de la même manière. Il préférait s’exprimer avec son corps. »

« On verra bien. De toute manière, on a pas vraiment les moyens pour l’instant. Et il n’aura pas besoin de tout ça maintenant. »

« En tout cas, si c’est une fille, Marina peut être rassuré. »

« Pourquoi ? »

« Ne fais pas comme si tu n’étais pas entrain de lui montrer les résultas de ta petite séance à la salle de gym. »

« Loin de moi cette idée. »

« À d’autres. »

« Si je n’ai même plus le droit de séduire ma femme. »

« Tu vois ? Tu étais bien entrain de parader. Et puis je te rappelle que ce n’est pas encore ta femme. Tu as prévu de faire quelque chose à ce propos. Au moins avant que tu ne deviennes un vieux monsieur tout ridé. »

« J’y pense. Mais ce n’est pas vraiment le moment. Faut penser à notre bébé d’abord. »

« C’est vrai que là tu vas en prendre pour plusieurs années. »

« L’avantage, c’est que je suis déjà passé par là et je sais à quoi m’attendre. »

« Oui et tu sais quelles erreurs ne pas commettre à nouveau. Tu ne l’aimes pas la deuxième chance que je te donne. »

« J’aurais préféré qu’on me demande mon avis, mais maintenant que je suis là je ne vais pas me plaindre. »

« On dirait qu’il n’y a pas qu’à moi que tu as décidé de ne pas te plaindre. »

« Qu’est ce qui te fait dire ça ? »

« Depuis quand tu aimes le patinage artistique ? »

« C’est très agréable … ça calme un peu je trouve. »

« Tu peux me dire que tu trouves ça soporifique. Ce n’est pas moi qui vais te dire le contraire. »

« Marina avait envie de regarder. Donc on regarde. Ce n’est pas toi qui trouvait que je ne passais pas assez de temps avec Rosaria ? Et bien j’essaie de m’améliorer. Même si ça veut dire regarder le patinage à la télé. »

« Un bon point pour toi. »

« Et tu vois ? On a aussi des activités qu’un enfant pourra apprécier. »

« Le patinage artistique ? »

« Non la télé ! »

« Si tu poses ton enfant devant la télé et que tu t’en occupes plus après, ce n’est pas vraiment mieux. »

« Jamais content. Tu veux qu’on lui fasse faire quoi à cet enfant ? Le ménage ? »

« Qu’est ce que tu fais ? Tu cherches un trésor ? »

« Non j’ai décidé de commencer un petit potager. »

« Toi aussi tu es touché par la frénésie ? »

« Quelle frénésie ? »

« Retour à la nature, tout bio, tout ça … »

« Jamais entendu parler. Je veux juste que notre bébé ne mange que des choses 100% naturel. Et puis quand il sera plus grand, il pourra s’occuper des plantes lui aussi. Ça lui apprendra à être responsable et à aimer la nature. »

« Curieusement, j’aime bien cette idée. On dirait que tu es bel et bien décidé à être un meilleur père que précédemment. »

« Tu insinues que je n’étais pas un bon père pour Antonio ? »

« Pas du tout. Juste que tu n’étais pas beaucoup présent. »

« Difficile quand un voix dans ma tête me poussait à finir absolument le but qu’elle m’avait fixé. »

« J’en suis conscient et je m’en excuse. C’est un peu de ma faute, c’est vrai. Cette fois-ci, je te laisse tranquille et faire les choses à ton rythme. Et puis tu as pas mal avancé ! »
 « J’espère que ce n'est pas toi qui a mis le lavabo après ta séance de jardinage. Pas sûr que ça soit bon pour Marina de s’activer comme ça si près du terme. »

« J’ai proposé de le faire mais elle a refusé. Elle en marre de rester assise toute la journée à rien faire. Je soupçonne même qu’elle ait sali elle même ce lavabo pour avoir des choses à faire. »

« Quel plan machiavélique ! Elle ferait un bonne recrue pour la branche génie du mal. »

« Très drôle. »

« Je suis sûr qu’elle regrette d’avoir insisté maintenant. Son dos a l’air de lui faire mal. »

« Un petit massage et ça ira mieux. Pas facile de se trimballer avec une deuxième personne en permanence. »

« Quel compagnon ! N’en fais pas trop, elle pourrait s’habituer. »

« Quand le petit ou la petite sera né, on aura d’autres chats à fouetter. Avec tout l’apprentissage qui nous attends, ça m’étonnerait qu’on ait le temps pour autre chose. »

« A propos de ça … »

« Oui ? »

« Non laisse tomber… Tu t’en rendras compte bien assez tôt ! »