67. Hate on me

« Alors ça y est, c'est le grand soir ?»

« Et oui ! Et si tu dis déjà, je sais pas ce que je fais.»

« Tu ne vas pas pouvoir faire grand chose de là où tu es.»

« Si tu savais, j'ai un tas de choses planifiées.»

« J'ai hâte de découvrir tout ça dis donc. Mais pas tout de suite, j'attends de voir ce que cette demande va donner.»

« Pour l'instant pas grand chose.»

« Pourtant tout le monde est là, c'est le moment d'en finir.»

« On pourrait presque croire qu'il va à l'abattoir quand tu dis ça. Je croyais que tu avais décidé d'être positif.»

« J'essaie mais ce n'est pas facile tous les jours. Mais ça ne dit toujours pas pourquoi il ne se passe toujours rien.»

« On attend Alice.»

« Ah parce qu'elle n'est pas encore là ? Pour l'anniversaire de son petit ami ?»

« Elle est retenue à son travail.»

« Et bien ça commence bien.»

« C'est pas de sa faute la pauvre.»

« Si tu le dis.»
« Elle est toujours au travail ? Heureusement qu'Eòin est là pour mettre l’ambiance.»

« Tiens pour une fois tu ne le critiques pas.»

« Ça pourrait être mieux mais j'ai mes priorités.»

« Comme enfoncer Alice ?»

« Pas du tout !»

« Alors qu'est-ce ce qui peut bien être plus important que de relever qu'Eòin n'est pas non plus un guitariste né ?»

« Donc tu le penses aussi ?»

« Non mais te connaissant c'est sûrement la première chose qui t'es venue à l’esprit.»

« Pas du tout, je trouve qu'il y a du potentiel. Il devrait persévérer dans cette voie.»

« Tu l'aimes vraiment pas Alice pour dire tout ça.»

« Je ne sais pas où tu vas chercher ça. ! Mais quand même ... C'est l'anniversaire de Iain, elle pourrait être là. Tous ses plans vont tomber à l'eau le pauvre.»

« Je suis sûr qu'il s'en remettra ! La soirée ne fait que commencer et il a l'air de bien s’amuser.»

« Même pas là pour le voir souffler ses bougies !»

« Oui la pauvre est encore coincée au travail. Ça doit pas être facile pour elle.»

« Ce n'est pas vraiment ce que j'avais en tête mais …»

« Je me doute bien. Mais pense un peu à elle, elle doit tellement s'en vouloir.»

« Si elle avait vraiment voulu être là, elle serait là.»

« Dans la vie, on fait pas toujours ce qu'on veut. Parfois il y a quelqu'un au-dessus de toi qui te dicte ce que tu dois faire. Et là, elle pouvait pas vraiment lui dire non, surtout qu'elle vient de commencer.»

« Je me sens un peu visée par ce que tu viens de dire. Et puis pourquoi elle a besoin de travailler ? Vous avez bien assez pour vivre.»

« Il te fallait pas une preuve qu'elle en avait pas après notre argent ?»

« C'est peut-être un stratagème pour que vous ne vous doutiez de rien.»

« T'es fatiguant quand même ! Elle est juste avec Iain parce qu'elle veut être avec lui.»

« Tiens, regarde elle vient d'arriver !»

« Un peu en retard ! Si j'étais lui, je ne l'aurais pas accueillie comme ça.»

« C'est son anniversaire, il va pas lui faire une scène !»

« Justement il aurait encore plus de raison de faire une scène. Il avait préparé tout un truc pour la demander en mariage et elle ne daigne même pas venir !»

« Elle était au travail.»

« Elle aurait pu poser un congé juste pour être là pour Iain.»

« Si ça se trouve elle voulait le faire et Iain lui a dit d'aller travailler !»

« Si ça se trouve il n'a plus vraiment de se marier avec elle et il a fait capoter son propre plan ?»

« Tu vas l'accepter un jour cette petite ?»

« Quand je serais sûr de ce qu'elle veut !»

« Depuis qu'elle est là, tu l'as vu faire quelques chose qui te donnait raison ?»

« Pas encore, mais ça ne saurait tarder. Si Iain fait sa demande, elle va peut-être relâcher son attention et …»

« ... et quoi ?»

« ... et je serais là pour la prendre la main dans le sac.»
« Monsieur a révisé ses classiques !»

« Elle va être comblée !»

« Et dire que c'est son anniversaire à lui !»

« Si elle dit oui, ça sera un très beau cadeau pour lui.»

« Pourquoi elle ne dirait pas oui ? Elle n'attends que ça.»

« Mais ça suffit !»

« Je n'y peux rien, je ne lui fait pas confiance. Il y a comme quelque chose qui cloche.»

« Il n'y a rien qui cloche. Absolument rien ! Elle est adorable !»

« Ça n'engage que toi.»

« Et tout le reste de la famille. Il n'y a que toi qui te fait des films !»

« Et si je me fais des films, elle lui a offert quoi comme cadeau ? Pour montrer qu'elle tient à lui !»

« Je te savais pas matérialiste ! Il y a d'autres façons de montrer qu'on tient à quelqu'un. Je suis sûr qu'elle a prévu quelque chose !»

« Avec la bague qu'il vient de lui sortir, elle a intérêt à avoir prévu quelque chose.»

« Mais tu crois qu'elle a pris un travail pour quoi ?»

« Ben…»

« C'était une fausse question. Tu me l'as déjà dit tout à l'heure. Pas besoin de le répéter.»

« Et ton explication à toi, c'est quoi ? Je suis curieux d'entendre quelle excuse tu vas lui trouver.»

« Elle a pas besoin d'excuse. Si elle est allée travailler, c'est parce qu'elle veut être indépendante. Elle se fait pas d'illusion, elle sait qu'il y a une chance pour que ça marche pas entre elle et Iain.»

« Elle est quand même venu habiter avec lui. Ça ne l'a dérange pas trop de prendre de gros risques !»

« Parce qu'elle l'aime et qu'elle veut que ça marche. Tout ne se passe pas toujours comme on le souhaite. Elle est prévoyante c'est tout. Et puis si ça peut lui faire plaisir de participer à la fortune familiale !»

« Je ne suis toujours pas convaincu.»

« Le contraire m'aurait étonné. T'as décidé que tu l'aimais pas, et tu vas me le faire savoir à chaque fois que l'occasion se présentera. Malheureusement pour toi, tu ne peux rien faire et ce n'est certainement pas moi qui vais m'en occuper. Je l'aime bien Alice.»

« J'avais bien compris !»
« Regarde moi ça ! Elle a enfin ce qu'elle attendait !»

« Ou elle est juste heureuse parce qu'elle aime.»

« Vois ce que tu veux ! Moi, je ne me ferais pas avoir.»

« Je vois ça. C'est vrai qu'elle a l'air totalement machiavélique comme ça.»

« Moque-toi de moi, on verra bien qui rira le dernier.»

« Sûrement pas toi.»

« Bon imaginons qu'elle soit effectivement contente…»

« Pas besoin d'imaginer ! Elle est contente !»

« Si tu le dis …»

« Et si tu pensais un peu à Iain. Ça t'intéresse pas qu'il soit heureux ?»

« Justement, je veux qu'il soit heureux !»

« Mais il l'est ! S'il est prêt à l'épouser, c'est qu'elle le rend heureux !»

« Ou c'est la pression.»

« La pression ?»

« La pression de la famille. De la société. Il se fait vieux et il n'est toujours pas posé. Les gens parlent. Elle est là, ça a l'air de bien marcher ... Il se dit que l'occasion est bonne.» 

« Plus ça va, plus tes excuses deviennent bidon...personne ne lui a mis la pression à ce pauvre Iain.»

« Ça c'est ce que tu crois. Mais lui il en pense quoi ?»
« Ah mais je comprends mieux. Tu fraternise avec l'ennemie !»

« Ce qu'il faut pas entendre ! Je te rappelle que pour l'instant, elle a absolument rien fait pour justifier le fait que tu la traités comme ça.»

« Je t'ai dit, c'est préventif !» 

« Encore faudrait-il qu'il y ait quelque chose à prévoir ! Je lui ai parlé moi à Alice. Donc, contrairement à toi, je peux juger !»

« Et moi je vois tout, je sais tout.»

« Apparemment pas vraiment tout, vu que tu peux pas me donner de preuves de ce que tu avances.»

« Pas besoin de preuves. Et puis tu as l'air un peu triste quand même. Tu es sûr que tu es vraiment content ? »

« Je suis pas triste, je suis ému. Et je demande quand même à voir à tes soi-disant preuves. C'est mieux si tu veux que je sois d'accord avec toi. En attendant, je me base sur ce que je vois. Et ce que je vois c'est que c'est quelqu'un de bien ! »

« ... »

« Alors ? J'attends ! J'ai toute ma mort devant moi !»

« …»

« C'est ce que je pensais !»