29. Marry You

« On dirait que ça va un peu mieux toi. Je préfère ça. Vous êtes mignons tout plein tous les deux.»

« J'ai réfléchi et je pense que tu as raison. Mais j'avais juste besoin d'un peu de temps pour moi.»

« Tant que tu reviens dans le droit chemin. Tu devrais savoir depuis le temps que j'ai toujours raison. J'ai l'impression de le répéter assez souvent quand même.»

« Disons que pour une fois, tu n'avais pas tort.»

« Je ne dirais rien mais j'en pense pas moins. Je suis trop content de voir que tu as pris la bonne décision pour t'en vouloir.»

« C'est trop gentil.»

« Mais il est où Antonio ? Vous êtes où là ?»

« J'ai deux personnes auprès desquels j'ai des choses à me pardonner. Et puis pour Antonio, je me suis dit qu'il était temps de passer à la vitesse supérieur. Donc j'ai invité Marina à une petite soirée en amoureux.»

« Attends, ne me dis pas que…»

« Je ne le dis pas !»

« Il y a de l'amour dans l'air en tout cas ! Mais il va falloir te bouger.»

« Me bouger ?»

« Vous attendez quoi à cette table ?»

« Le serveur ?»

« Faudrait que tu sortes plus souvent quand même.»

« Qu'est ce que j'ai dit encore ?»

« Si tu attends le serveur, vous allez attendre longtemps. Déjà ce n'est pas un restaurant. Ensuite, les boissons, c'est commande au bar. Alors si Marina veut boire un truc, il va falloir que tu te bouges un peu.»

« Tu me laisses gérer ?»

« Ok. Mais heureusement que j'étais là quand même.»

« Tu veux toujours avoir le dernier mot !»

« C'est tellement mieux !»

« Bon laisse moi gérer maintenant !»

« Ça y est ! Tu passes aux choses sérieuses ?»

« Si tu pouvais être silencieux quelques minutes, j'ai besoin d'être totalement concentré !»

« Si ce n'est pas moi, ce sera peut-être l'homme qui arrive derrière toi. Il n'a pas l'air très content. Tu penses qu'il vient d'apprendre qu'il n'y a pas de serveur lui aussi.»

« Très drôle. Bon tu me laisses tranquille tranquille deux secondes. Marina va commencer à se demander ce que je fais à genou devant elle.»

« Tu pourrais faire semblant de refaire ton lacet.»

« Oui tu as raison, c'est très crédible.»

« Et tu sais quoi lui dire ? T'as préparé quelque chose ?»

« C'est pas comme si c'était la première fois que je le faisais.»

« Oui enfin, à l'époque où tu l'as fait tu n'étais plus très jeune.»

« J'ai toujours eu une bonne mémoire.»

« Très sélective alors !»

« Comme ça tu ne seras plus tout seul.»

« Je ne sais pas si c'est de la surprise ou de l'envie que je vois dans ses yeux. Du dégoût peut-être.»

« T'y vas un peu fort quand même. Et de la joie peut-être ? Non, ça ne serait pas possible qu'elle soit ravie à l'idée que je veuille passer le reste de ma vie avec elle ?»

« Si elle connaît Rosaria, elle doit être ravie. Elle va pouvoir se vanter d'être jeune et belle sur les photos. Et d'être marié avec un bel homme dans la force de l'âge. Ses amies vont être jalouse. D'ailleurs, elle est où celle là ?»

« Pas revue depuis la dernière fois. Mais ne change pas de sujet ! Je n'aime pas trop tes insinuations. Je pensais que tu serais heureux pour moi.»

« Je le suis. Mais c'est aussi mon rôle de te taquiner. Tu serais bien triste si je n'étais pas là.»

« En fait tu m'as créé uniquement pour me torturer c'est ça ?»

« Il y a des tortures pire que ce que t’infliges.»

« Tu avoues donc ? C'est pas vraiment le bon moment !»

« Si tu pouvais me voir, tu aurais vu que je mimais les guillemets autour de torturer.»

« Il y a donc quelque chose à voir ? Je peux ?»

« Tu n'avais pas autre chose à faire ?» 
« Bon là c'est toi qui me fait peur. Tu as un peu un regard de prédateur qui observerait sa proie qui vient de tomber dans son pièges. En tout cas, elle a l'air satisfaite de la marchandise.»

« Mais c'est pas possible ! D'abord notre premier rendez-vous, maintenant ma demande en mariage. Tu vas commenter tous les moments importants de ma vie ?»

« C'est un peu mon travail, tu vois.»

« Documenter ma vie ?»

« Pour les générations futures. Elles pourront chanter tes louanges pendant des siècles.»

« T'en fais pas un peu trop.»

« Peut-être mais tu vois le tableau ? Tu te souviens de ta mission ? Je t'ai promis de ne pas trop t'embêter avec ça, mais il va falloir y revenir bientôt.»

« Je n'ai pas oublié. Je suis toujours autant assidu.»

« La peinture, c'est bien, mais il va falloir se mettre sérieusement à d'autres activités !»
« C'est plutôt bon signe ça. Elle a l'air d'aimer porter cette bague à son doigt. Par contre le geste de victoire.... Tu pourrais être plus discret.»

« Désolé, ça m'a échappé !»

« Tu as de la chance qu'elle soit trop occupée à admirer son nouveau caillou. Alors, le mariage, c'est pour dans combien de temps ?»

« On en est pas encore là ! On vient tout juste de se fiancer. Il faut un peu de temps pour organiser tout ça.»

« Donc dans une trentaine d'année ça devrait être bon non ?»

« Je te signale que c'est toi qui m'a abandonné pendant je sais pas combien de temps la première fois !»

« Quel est le rapport ? Tu vas me dire que t'étais complètement perdu et que t'as pas pensé à demander à la mère de ton enfant de t'épouser ?»

« Non, je t'attendais ! Je voulais que tu sois là pour ce moment important de ma vie. Et puis tu es revenu, et c'est la vie qui a pris tout mon temps. Si j'avais pu, j'aurais fait ma demande plus tôt !»

« Super, maintenant je culpabilise. Content ?»

« Je suis l'homme le plus heureux du monde !»

« Quoi ? Décolle toi tout de suite de Marina et explique toi.»

« Mais non, pas pour toi ! Je suis heureux que la femme de ma vie ait accepté de passer le reste de sa vie avec moi.»

« Ça veut sûrement dire que tu es l'homme de sa vie.»

« Tu sais quoi ? Finalement je suis content que tu te sentes coupable.»

« C'est pas très gentil ça.»

« Ben tu te moques de moi, j'ai pas très envie d'être gentil.»

« Je ne me moquais pas, je faisais juste une remarque évidente.»

« C'est compliqué de te suivre parfois !»

« On me le dit souvent !»

« Qui te le dit ? Tu en as d'autres comme moi ? Des Sims qui t'entendent et que tu guides ?»

« Pourquoi cette question ? Tu veux monter un groupe de soutien ?» 
« En parlant de soutien... Besoin d'aide ?»

« Non ça va aller, je gère.»

« Au moins toutes ces heures à la salle de gym auront servi à quelque chose. Tu imagines si tu n'avais pas pu la retenir quand elle s'est jetée dans tes bras.»

« T'es vraiment méchant parfois.»

« Je te taquine c'est tout. Tu devrais être habitué.»

« Depuis tout le temps que tu me le répètes, toujours pas. Pourtant j'ai l'impression qu'on a déjà eu cette conversation de centaines de fois.»

« Un jour, tu t'y feras.»

« Définitivement jamais.»

« Au moins j'arrive encore à te surprendre.»

« Je dirais pas que c'est de la surprise.»

« Je voulais dire un truc gentil, mais finalement je ne sais pas si je ne vais pas garder ça pour moi.»

« T'es vraiment pas drôle.»

« Bon, allez. Mais c'est bien parce que c'est toi ! Félicitations ! Je suis content pour toi. Tu as l'air vraiment heureux maintenant.»

« Quoi c'est tout ? Qu'est ce que tu entends par maintenant ?»

« Ta petite crise de l'autre fois ?»
« En parlant de ça ... Vous avez emmené Antonio avec vous ?»

« On pouvait pas le laisser seul à la maison. On connaît personne qui aurait pu le garder pour nous. Alors avant de partir, je lui ai expliqué ce que j'allais faire et je lui ai demandé si il ne pouvait pas nous laisser quelques instants seuls pour que je puisse faire ma demande.»

« Et tu l'as envoyé où en attendant ?»

« Il y a une aire de jeu en face du lounge. J'ai fait exprès de venir pendant la journée pour qu'il puisse en profiter.»

« Et tu n'as pas peur de le laisser jouer tout seul comme ça de l'autre côté de la route ?»

« Il était pas tout seul. Et puis franchement, qu'est-ce qui aurait pu lui arriver.»

« Je ne sais pas moi. N'importe quoi !»

« Pour quelqu'un qui sait tout, ton manque de savoir me fera toujours sourire. À moins que tu ne fasses exprès pour me faire paniquer ? Vu ton esprit tordu, ça m'étonnerait pas beaucoup !»

« Passons. Antonio a du être vraiment content que son père lui confie ce secret et une mission.»

« Il était très fier. Il a tout raconté à Marina dès qu'on est allé le chercher. Il est très content que son papa et sa maman se marient enfin. Comme les autres enfants à l’école.»

« On finit donc cet après-midi par une petite danse de la victoire ? Cela va devenir une tradition chez les Touguézeur ?»

« C'est Antonio qui a proposé qu'on danse tous ensemble. Il a de l'énergie à revendre ce petit. De là à en faire une tradition….»

« Il m'a l'air plutôt turbulent en effet. Il va falloir le surveiller de près quand il grandira un peu. Et toi, ça va ? Tu m'as l'air très heureux !»

« Oui ! Je suis bien là. Je crois que j'ai enfin trouvé ma place.»

« Il ne te reste plus qu'à t'occuper un peu de ton fils et tout sera parfait.»

« C'est la prochaine étape !»

« J'en déduis que la prochaine étape n'est pas pour tout de suite ?»

« Non ça peut attendre demain.»

« Oui je vois que tu as prévu autre chose pour ce soir.»

« Si tu pouvais nous laisser d'ailleurs !»

« Je n'ai pas forcément envie de rester non plus. Je t'aime bien mais je préfère garder un peu de mystère.»

« Tant mieux.»

« Vous allez essayer de nous en faire un deuxième ?»

« Un deuxième quoi ?»

« Ben un deuxième enfant ! Je verrais bien un petit roux, pour transmettre ton héritage capillaire.»

« Doucement là. On va essayer d'élever correctement le premier et on verra pour la suite si c'est encore possible. Antonio était fils unique, il s'en est pas mal sorti !»

« En effet. Mais n'attends pas trop ! Tu ne devrais plus avoir de surprise avec le premier, et pas plus avec le deuxième.»

« Devrait ?»

« On est jamais à l'abris d'un nouveauté. C'est plutôt régulier !»

« Mais de quoi tu parles ?»

« Laisse tomber. Ta fiancée t'attends !»