31. Birthday

« Allons bon. Qu'est-ce que tu as encore fait à ton fils ? »

« Moi rien ? Pourquoi ? »

« Il est en train de pleurer sous ses couvertures. »

« Ce n'est pas normal. Il avait l'air de plutôt bonne humeur ce matin en ce levant.»

« Ce n'est clairement pas le cas. Et bien sûr que ce n'est pas normal !»

« Pourtant ça se passe bien à l'école ! Et je ne pense pas qu'il ait des problèmes.»

« Si tu dis qu'il allait très bien ce matin, je ne pense pas non plus. Mais bon dans ce genre de cas, on ne sait jamais. Pas sûr qu'il le montre et qu'il ait envie d'en parler.»

« Tu pourrais le surveiller quand même, au cas où. Je ne vais pas aller l'embêter maintenant, il pourrait se braquer si il pense que je soupçonne quelque chose. Surtout si je n'ai aucune preuve.»

« Après la nounou, je deviens espion ?»

« C'est pas un peu déjà ce que tu fais ?»

« Plus la peine de chercher, je sais ce qu'il se passe. Il est venu nous le dire tout à l’heure.»

« Alors ? C'est déjà un bon point si il est venu en parler de lui même.»

« Il avait juste peur de se faire gronder parce que l'ordinateur est tombé en panne. Mais c'est un vieux truc d'occasion, alors on ne lui en veut pas. Ça devait forcément arriver.»

« Ah c'était donc ça. Beaucoup moins grave que ce que l'on craignait alors. Et du coup c'est toi qui te colle aux réparations ?»

« J'essaie. Ça doit pas être bien compliqué. J'ai cherché deux trois infos sur Internet et je pense être capable d'y arriver. Après tout, j'ai été inventeur dans une autre vie.»

« J'oublie toujours ça. Avec ta machine pour creuser et ton portail temporel.»

« Et oui ! Y en a là-dedans.»

« En parlant de portail temporel... Tu y avais vu quoi pendant ton court voyage. Maintenant que tu n'es plus dans ce monde, tu peux tout me raconter. Non parce que tu fais celui qui ne sait pas, mais si ça se trouve, tu me fait marcher. Maintenant que j'y repense, je me pose quelques questions quand même.»

« Je suis allé beaucoup plus loin que ce que tu m'a raconté jusqu'à présent ! Là où j'étais, impossible d'avoir des informations sur mes descendants. Et puis je n'ai pas trop cherché non plus.»

« Et c'était comment ?»

« Différent ! Je ne saurais dire si c'était mieux ou pas, mais c'était différent.»

« Différent comme ici ?»

« Non. Ici c'est différent et inconnu. Là bas, c'était différent mais avec quelque chose de familier.»

« Et tu préfères là bas ou ici ?»

« Ici. Mais il aurait fallut que j'arrive là bas dans les mêmes circonstance qu'ici. Je savais bien que j'allais finir par rentrer.»

« En parlant du futur... Bon anniversaire !»

« Oui déjà. Le temps passe si vite !»

« Tu as prévu quelque chose ?»

« Je pensais organiser une petite fête avec quelques amis.»

« Et ?»

« J'allais les appeler.»

« Tu t'y prends assez tard.»

« J'y pensais plus. Pourquoi tu crois que je fais ça dans ma salle de bain, à la sortie de la douche.»

« Ah, tu es en train de le faire. J'espère qu'ils seront disponibles. Ça changerait une petite fête !»

« C'est ce que je me suis dit aussi. Maintenant que j'ai des amis, autant en profiter.»

« Tout ça c'est juste pour qu'ils t'apportent des cadeaux.»

« N'importe quoi. Je veux juste passer un bon moment avec mes amis.»

« Que tu avais oublié d’inviter.»

« Non, j'avais oublié mon anniversaire surtout.»

« Apparemment eux aussi.»

« On se connaît pas depuis longtemps, je vais pas leur en vouloir pour ça ! Je serais bien incapable de savoir leur date de naissance moi aussi.»

« A l'heure des gadgets électronique et des réseaux sociaux, cela me paraît fort dommage. Cela aurait été sympa si ils t'avaient appelé ou envoyer une petite carte pour marquer le coup.»
« Et pendant ce temps, ta chère et tendre se prépare un cocktail qui fera le plus grand bien à ses rides. »

« C'est incroyable comme parfois tu sais tout et d'autres fois rien du tout.»

« Je ne sélectionne que les informations les plus intéressantes.»

« Ça m'explique pas par contre ce qu'elle fait.»

« Elle boit une potion qui va lui rendre quelques années.»

« Ça existe ça ?»

« Si je te le dis.»

« Tu vois qu'il y a encore des trucs que tu me caches.»

« J'avais oublié cette information. Elle vient de me revenir.»

« J'aurais pu en profiter pour en boire moi aussi.»

« C'est uniquement un cas d'extrême urgence ! Tu ne voudrais pas que la tête de ta fiancée se couvre de mèche argenté avant même que vous ne soyez mariés. Pour avoir un deuxième enfant, ça en deviendrait tout de suite plus compliqué. Et puis comme ça vous aurez le même âge et vous pourrez vieillir ensemble. Si ça peut te consoler, ça n'a pas l'air très bon.»
« Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire…»

« Merci !

« Mais tu es tout seul ? Ils sont où tes invités ?»

« Parti avant que j'ai eu le temps de souffler mes bougies.»

« Ils ne sont pas très polis !»

« C'est de ma faute. J'ai traîné alors que je savais qu'ils avaient des choses urgentes à faire juste après. Ils étaient désolés mais ils ne pouvaient pas rester.»

« Ils devaient avoir des choses extrêmement importantes à faire visiblement pour te laisser souffler tes bougies tout seul comme cela.»  

« Je ne suis pas tout seul. Il y a Marina et Antonio.»

« Et ce superbe gâteau au chocolat !»

« Que je ne vais pas toucher !»

« Quoi ?»

« T'imagines toutes les calories qu'il y a dans ce truc ? J'ai pas envie de passer encore une journée à la salle de gym pour faire passer tout ça.»

« Seulement une journée ? Si seulement c'était aussi facile en vrai.»

« En vrai ?» 

« Oublie ce que je viens de dire.»

« Mouais…»

« En tout cas, ton fils t'aime toujours, même avec les rides en plus.»

« Je vois pas pourquoi il m'aimerait moins. En plus grâce à moi il a mangé deux fois plus de gâteau.»

« J'en connais un qui va aller faire un tour à la salle de gym avec son père quand il sera plus grand.»

« Je pense pas qu'il en aura besoin. Il est mince comme un fil.»

« Pour l'instant ! Ça commence par une part de gâteau, et puis ça finit avec le gâteau en entier. Tout le monde connaît cette histoire.»

« Il bouge tellement dans tous les sens, que je doute que son corps ait le temps de faire des réserves !»

« Ça arrivera un jour. Il ne s'en rendra même pas compte.»

« Non, il tient de son père. Regarde comme je suis svelte.»

« Heureusement qu'il tient pas de sa mère alors. Sa grossesse a laissé des traces.»

« T'insinues que ma fiancée est grosse ?»

« Non elle a juste pris un peu des hanches.»

« C'est pas sympa ça ! Elle vient d'avoir un enfant.»

« Ça fait un moment maintenant. Il serait peut être temps de se remettre au sport.»

« Elle est très bien comme elle est. Pas besoin de changer quoi que ce soit.»

« Je suis d'accord, elle est très bien maintenant. Mais imagine au bout de 4 enfants !»

« On en est pas encore là ! De toute manière, ça ne regarde qu'elle. Si elle se sent bien comme ça, je la suis. Si elle veut perdre un peu, je la suis aussi.»

« Tu devrais la suivre en courant, elle se dépenserait un peu.»

« Mais t'arrêtes ?»

« Je ne veux que son bien.»
« J'ai dit courir, pas dormir !»

« Je suis fatigué. Laisse moi un peu me reposer.»

« Encore une fois, tu emmènes Antonio au parc et tu le laisses dans surveillance.»

« On a déjà eu cette conversation !»

« Ce n'est pas une raison pour ne pas l'avoir encore une fois. Ça finira bien par rentrer.»

« Ça ne dérange pas Antonio. Il a bien vu que j'étais fatigué !»

« Admettons. Tu n'as pas honte de dormir comme ça sur un banc, comme un sans abris ? Que vont penser les amis de ton fils en te voyant comme ça ?»

« Pourquoi t'embêtes pas la maman du petit Nicolas ?»

« Qui ?»

« La dame qui dort à côté de moi.»

« Ah ! Pour le coup, elle fait vraiment sans abris avec ses habits tachées.»

« C'est une peintre, comme moi !»

« Oui mais toi tu ne t'en mets pas plein partout.»

« Chacun sa technique !»

« Elle se roule dans la peinture pour peindre avec son corps ?»

« N'importe quoi !»

« Faudra que tu m'expliques comment elle fait alors !»
« Encore en train de parler d'anniversaire ? Tu veux organiser une autre fête avec tes amis ?»

« Non pas pour moi cette fois. C'est bientôt l'anniversaire d'Antonio, on pensait lui organiser un truc pour ses amis et lui.»

« Une première chez les Touguézeur !»

« C'est fini de se moquer ?»

« Jamais. Il faut bien que je m'occupe, je n'ai pas grand chose à faire ici.»
« Ils ont où les amis ? Quelle est l'excuse cette fois ?»

« Ce qui importe, c'est que nous soyons là non ?»

« Effectivement. C'est vrai que ça n'a pas toujours été le cas durant les premières années de sa vie.»

« Tu lâches rien toi !»

« Tu étais prévenu !»

« Je pensais que ça te passerait une fois que tu l'aurais vu passer du temps avec lui.»

« Tu as fait ça uniquement pour que je te laisse tranquille ?»

« Mais non, c'est pas ce que je voulais dire.»

« Je préfère. Bon où sont ces autres enfants ?»

« Pas ici.»

« Merci, je n'aurais jamais deviné !»

« Non mais sérieusement, je sais pas. On les a invité mais ils ne sont pas venus. Et ils n'ont même pas prévenu.»

« Pas très sympas ces enfants. Cela donne envie de les connaître.»

« Je suis sûr qu'il y a une bonne explication.»

« Il y en a toujours une !»

« De toute manière le plus important c'est qu'Antonio devient un homme !»

« La dernière fois que j'ai vérifié, ça arrive quand même un peu plus tard dans sa vie. On ne doit pas avoir les mêmes repères.»

« Toujours à me contredire ! Je ne t'écoute plus, je vais fêter l'anniversaire de mon fils !»

« Je n'aurais pas imaginé que la fête d'anniversaire de ton fils se finisse comme ça.»

« Mais qu'est ce que tu fais là ? Ça va pas la tête ?»

« Désolé, je venais voir ce que tu faisais et…»

« Satisfait ?»

« Ce n'est pas à moi qu'il faut poser la question !»

« Très drôle ! Sors de là tout de suite !»

« Ok c'est bon …»
« J'en connais un autre qui est plutôt satisfait. Fier de lui-même je dirais.»

« Va falloir qu'on parle.»

« De ?»

« Je croyais que tu viendrais jamais me voir pendant que…»

« Ben moi aussi mais le hasard a fait que….»

« Tu aurais pu partir sans rien dire. Au moins j'aurais pu continuer à me concentrer.»

« Il te faut beaucoup de concentration pour ça ?»

« …»

« Bon sérieusement, c'était vraiment pas fait exprès. Je pensais sérieusement que vous étiez en train de faire quelque chose en famille avec Antonio !»

« Dans notre chambre ?»

« Je n'avais pas regardé où vous étiez. Mais je ferais plus attention la prochaine fois.»

« Ouais…»

« Tu devrais faire plus attention à la tête que tu sais, Marina va se poser des questions.»

« Je n'aurais pas besoin de faire cette tête si tu ne t'immisçais pas dans un moment intime comme ça…»

« Cela devait bien arriver un jour. Tu le prendras mieux la prochaine fois !»

« Je ferais surtout attention de t'envoyer promener avant.»

« Tu peux me laisser aussi un calendrier avec la date de la prochaine fois.»

« …»

« Bon, plus sérieusement ! Vous préparez le prochain ?»