32. Three cool cats

« Amis de la poésie, bonsoir !»

« Qu'est-ce qui se passe ?»

« Rien, ne t'inquiète pas. Et si il se passe quelque chose, tu le sauras sans doute bien assez tôt.»

« Si tu veux rien me dire, faut rien dire ! Maintenant que t'as commencé …»

« Cela serait plus juste que je finisse ?»

« Exactement.»

« J'ai pensé tout haut c'est tout.»

« Bon j'accepte mais uniquement parce que j'ai pas envie de m'éterniser encore une fois. Comme tu dis, si c'est important, je finirais bien par l'apprendre d'une façon ou d'une autre.»

« Bon je n'arrive pas à tenir, je suis trop excité par cette nouvelle. Adam, tu vas être papa !»

« Encore ?»

« Ce n'est pas la réaction que j’attendais.»

« Désolé, c'est sorti tout seul.»

« Mais tu es content au moins ?»

« Très ! Ce n'est pas un accident, on a travaillé pour !»

« J'ai vu ça !»

« Tu pourrais éviter de mentionner ce malencontreux incident ?»

« Je vais essayer.»
« Et puis il y a tellement de sujet plus intéressants à aborder. Ton fils par exemple. Un charmeur comme son père.»

« Il est beau mon fils, hein ?»

« Tu aurais pu faire pire, en effet.»

« Qu'est-ce qu'il a qui va pas ?»

« J'aurais bien aimé que ses cheveux soient un peu plus roux et ses yeux un peu plus verts.»

« Il a beaucoup pris de Marina mais ce n'est pas grave. Je l'aime comme ça.»

« Il est loin le temps où tu ne voulais plus l’approcher.»
« En parlant de choses qui fâchent... Ça se passe bien avec lui maintenant qu'il est ado ?»

« Plutôt bien. On a pas trop à se plaindre. Pourquoi ?»

« Il a l'air plutôt mécontent. Je ne sais pas ce qu'il raconte à Marina mais cela ne me mets pas particulièrement en joie.»

« Sûrement des histoires avec ces camarades de classe. Tu sais comment c'est à cet âge, toujours à vouloir montrer qui est le plus fort pour impression les demoiselles.»

« Un peu rebelle dans l'âme ?»

« Pas trop j'espère.»

« Tu redoutes la crise d’adolescence.»
« Un peu. J'aime la tranquillité. Ça me permet de développer mes compétences en peintures et de peindre de vrais chef-d’œuvre.»
« Oui, je vois que les murs se couvrent de tes créations. Antonio s'intéresse à ça ?»

« Non pas tellement.»

« Hum... »
« Je crois que c'est le début des ennuis Adam.»

« Ne t'en fais pas. Il aime bien taquiner les gens. Un vrai farceur.»

« Son interlocuteur n'a pas l'air de trop apprécier.»

« Il a sûrement aucun sens de l’humour.»

« Oui, sans doute.»

« J'espère qu'il n'a pas tout simplement développer le trait méchant ou encore pire malveillant.»

« Mais non, il aime juste faire de bonnes blagues. Il n'y a pas une trace de méchanceté dans cet enfant. Il a juste un sens de l'humour particulier que tout le monde n'apprécie pas.»

« De toute manière, s'il a des ennuis, je suis prêt.»

« Ah oui, tu fais presque peur comme ça.»

« Tu te moques de moi encore ?»

« Non, il y a une partie de vérité. Tu ne me donnes pas envie de t'embêter plus. Heureusement que tu ne peux pas m’atteindre.»

« Je vais finir par croire que tu parles à Antonio aussi. Ça expliquerait d'où il tient son sens de l’humour.»

« Je te promets que je n'y suis pour rien !»

« Ça y est, elle est née !»

« Elle ?»

« Oui ! J'ai une petite fille !»

« Bienvenue en terre inconnue. Tu vas en baver !»

« Pourquoi tu dis ça ?»

« Ta fille, tu vas vouloir la protéger contre le monde. Ton précieux trésor !»

« Je vais être un papa cool ! Mais pas trop cool quand même. Je ne vais pas la laisser traîner avec n'importe qui !»

« Tu commences déjà …»

« C'est l'instinct paternel !»

« Oui, quelque chose comme ça ! Vous l'avez appelée comment ?»

« Rosaria.»

« Très bon choix.»
« Je constate que même avec un nouveau membre dans la famille, tu n'oublies pas le premier.»

« Il a encore tout son éducation à faire ! Marina s'occupe de Rosaria, je m'occupe de vérifier qu'Antonio fait bien ses devoirs.»

« Sa réputation de chahuteur va en prendre un coup.»

« Tu peux avoir des bonnes notes et être le clown de la classe.»

« Tant qu'il a la capacité de gérer les deux activités à la fois.»

« Il y a ce qu'il faut dans sa petite tête, c'est mon fils !»

« Et il a hérité de ta modestie aussi ou pas ?»
« Après l'effort, le réconfort... Faites attention tout de même.»

« Attention à quoi ?»

« Je sais très bien où toutes ces caresses vont vous emmener. Vous venez d'avoir une petite fille, il faudrait quand même attendre un peu pour passer à la suite.»

« On est assez grand pour se gérer tout seul quand même. Bien sûr qu'on fait attention. On a pas spécialement envie d'agrandir la famille tout de suite.»

« Et pas les moyens non plus. Marina ne gagne pas encore un salaire mirobolant et ta fille ne te laisse pas beaucoup de temps pour la peinture.»

« C'est vrai aussi.»

« Mais puisque que tu me dis que vous avez la situation sous contrôle…»

« Parfaitement. Maintenant si tu pouvais t’éclipser...»

« Avec plaisir. Mais pense à…»

« OUI !»

« Et ce qui devait arriver, arriva.»

« Quoi ?»

« Non, cette fois je ne dis rien, je te laisse la surprise.»

« Marina est enceinte ???»

« Je ne peux ni confirmer ni infirmer. Je ne sais pas.»

« Tu ne sais pas quoi ?»

« Ce que tu veux savoir !»

« Et je veux savoir quoi ?»

« Je ne sais pas.»

« Tu me fais peur.»

« Tout ce que je peux dire c'est que je t'avais prévenu !»

« Elle est vraiment enceinte ?»

« Si c'est le cas, tu le sauras bien assez tôt !»
« Mais qui est cette charmante jeune fille ? Rosaria ?»

« Oui. Elle est belle ma fille !»

« Rousse aux yeux verts, elle me plait bien oui !»

« Et Antonio, il te plait pas ?»

« Si, si. Mais différemment !»

« Différemment ?»

« Je te retrouve beaucoup plus dans Rosaria que dans Antonio ! Et ça, ça me plait !» 

« Ta préférée quoi... Mais dis donc, ça fait un moment que je ne t'ai pas vu !»

« Je préférais te laisser digérer la nouvelle !»

« Ah oui…»

« Alors comment ça s'est passé ?»

« Plutôt bien. En fait, quand Marina m'a annoncé la nouvelle, j'étais plutôt content de l'apprendre. Même si je le savais déjà plus ou moins. Mais là c'était réel. Et ça m'a rendu heureux.»

« Et Marina, elle l'a pris comment ?»

« Plutôt heureuse aussi ! Une grande famille, ça lui fait pas peur.»

« J'espère quand même que vous allez vous arrêter à un moment.» 

« Trois enfants, c'est très bien ! On va sûrement s'arrêter là.»

« Si vous faites aussi attention que vous l'avez la dernière fois, ça promet.»

« Je pense qu'au plus profond de nous, on en voulait vraiment un autre. Trois, c'est le nombre parfait.»

« Tu profites de tes derniers instants de répit entre deux enfants ?»

« Marina se repose, Antonio et Rosaria sont à l'école. C'est le moment ou jamais. Et ça permet de faire rentrer de l’argent.»

« C'est une jolie toile. Elle doit pouvoir te rapporter de quoi construire une chambre pour le petit dernier.»

« On pensait faire des travaux un peu peu plus conséquent.»

« Ah ?»

« L'organisation de la maison n'est plus très pratique et il nous faut une deuxième salle de bain. C'est la guerre tous les matins !»

« Tu as intérêt à en peindre plus d'une comme ça alors, si tu veux financer de si gros travaux !»
« Toujours fidèle au poste ! C'est toi le maître des devoirs ?»

« La grossesse de Marina est plutôt fatigante. Du coup, je m'occupe des enfants dès qu'ils rentrent le soir.»

« Antonio ne doit pas avoir beaucoup besoin de toi à son âge.»

« Je l'aide encore à étudier quelque fois. Et puis il aide aussi un peu. Il prépare le repas pendant que je m'occupe de sa petite soeur.»

« Il n'est pas trop jaloux ?»

« Jaloux de ?»

« Je ne sais pas trop... Que tu t'occupes autant de Rosaria après l'avoir ignoré une bonne partie de son enfance.»

« Il a très bien compris quand je lui ai expliqué. Et puis j'essaie de me rattraper depuis. Je pense que je passe pas mal avec lui aussi. On va au parc, à la salle de gym, on fait des devoirs, on regarde la télé.»

« Je ne peux m'empêcher de penser qu'il doit quand même ressentir quelque chose. C'est normal et plutôt humain quand même.»

« Ne t'inquiète pas. Je suis sûr que si c'était quelque chose qui l'embêtait vraiment, il en parlerait. Et puis il adore sa petite soeur. Je ne pense pas qu'il lui en veuille si c'est ça que tu craint.»

« C'est toi qui passe du temps avec eux. Je te crois sur parole si tu pense que tout va bien.»
« Je vois double ou…»

« Non ! On a eu des jumeaux.»

« Bonne ou mauvaise surprise ?»

« Plutôt content. C'est un vrai bonheur d'être papa à nouveau, même si il y a un bébé de plus que prévu.»

« Cela aurait pu être pire, vous auriez pu avoir des triplés !»

« Ça va déjà être plus compliqué que prévu avec deux enfants, j'ose même pas imaginer avec 3 !»

« Heureusement pour vous, c'est plutôt rare !»

« Les jumeaux aussi. Et pourtant !»

« Moins que les jumeaux quand même. Mais si vous êtes heureux, c'est le principale.»

« Ce sont nos enfants, on ne peut pas ne pas les aimer.»

« C'est certain. Mais deux fois plus de travail pour vous. Vous allez être épuisés. En tout cas, ça explique sa grosse fatigue. Et c'est quoi d'ailleurs ? Filles, garçons ?»

« Une fille et un garçon !»

« L'équilibre des forces est préservé !»
« C'est beau l'amour, après tant de temps, de grossesses.»

« Nos enfants ne font que renforcer notre union. C'est la preuve de notre attachement l'un à l’autre.»

« Espérons que ça dure !»

« On en a bien l'intention ! Je ne vois pas pourquoi ça irait mal maintenant !»

« Je n'ai aucun doute que vos sentiments sont réels, mais je reste prudent. Il faut être prêt à toutes les éventualités ! Les jumeaux vont mettre vos nerfs à rude épreuve !»

« On a un plan, ne t'inquiète pas !» 

« Tant que ce plan n'inclut pas de faire plus d'enfants, cela me va !»