42. Bad reputation

« C'est beau de voir qu'après toutes ces années, vous gardez toujours un peu de romantisme dans votre couple. Et le plus, c'est que vous ne risquez pas de faire un autre enfant. Vous pouvez faire tout ce que vous voulez sans vous souciez des conséquences. Enfin un peu quand même. Il faut quand même que vous fassiez attention à votre santé.»

« C'est bon t'as fini ?»

« Oui je crois.»

« Qu'est-ce que t'as pris pour me sortir une tirade comme ça ?»

« Je ne sais pas, sûrement toute ces nouvelles sur les autres membres de la famille. Ça me rend nostalgique !»

« Moi aussi. Et c'est pour ça que j'ai été pris de cet élan de romantisme. C'est à Marina que je dois tout ça.»

« Un peu moi aussi quand même.»

« Oui mais toi je dois te supporter tous les jours, tout le temps. Et tu fais que râler.»

« J'avais décidé de plus rien dire mais là je ne peux pas. C'est trop mignon.»

« T'étais parti bouder ?»

« C'était pas très sympathique ce que tu viens de dire.»

« Avoue quand même que c'est un peu vrai.»

« Peut-être mais tu aurais pu le dire autrement.»

« Tu peux pas continuer à bouder quand tu vois cette petite bouille quand même ?»

« C'est ce que je disais. Elle est adorable. Mais j'hésite encore à continuer à te parler.»

« Si je devais bouder à chaque fois que tu me fais une réflexion, je serais sans doute pas là.»

« Non mais qu'est-ce que tu peins ? Tu n'as pas honte à ton âge ?»

« Je vois pas où est le problème !»

« Une jeune femme en bikini au bord de la piscine ? Elle va en penser quoi Marina ?»

« J'ai quand même le droit de peindre ce que je veux !»

« Et comment ce sujet t'est venu à l'esprit ?»

« Tout ce romantisme tout ça…»

« Ce n'est pas très romantique quand même ! Tu aurais pu peindre un portrait de ta femme par exemple.»

« On ne va pas garder de toute façon, c'est pour vendre !»

« Donc tu as choisi ce sujet pour être sûr que la peinture se vende ? On tombe bien bas.»

« Mais non, tu comprends tout de travers !»

« Et ton beau-fils, il en pense quoi ? De là où il est, il peut sûrement voir ce que tu fais.»

« Je l'apprécie beaucoup mais je ne vois pas pourquoi je lui demanderais son avis.»

« Non mais quand il va voir ce que tu peins, il va se demander si tu n'es pas un de ces vieux pervers.»

« Je sens que je paie pour ce que j'ai dit plus tôt, je ne sais pas pourquoi.»

« Tu crois ?»

« Bon, je m'excuse. C'est bon là ?»

« Pour l'instant. Mais il fait quoi Seamus d'ailleurs, il a l'air très occupé.»

« Je ne sais pas. Personne ne sait. Il travaille dans les services de renseignements, ça doit être un truc top secret.»  

« C'est pas très prudent d'amener du travail à la maison quand on travail dans ce secteur... Si ?»
« C'est Aurora ? Ce que le temps passe vite. J'ai l'impression que c'était hier que tu la prenait dans tes bras.»

« C'était hier. Je ne sais pas si tu es au courant mais les enfants grandissent vite dans le coin.»

« Tu es bagarreur aujourd'hui !»

« Je te retourne le compliment.»

« Au moins je vois que t'essaie de te rattraper en t'occupent de ta petite fille.»

« Me rattraper ?»

« Après ce que je t'ai vu peindre tout à l'heure, c'est la moindre des choses.»

« Si tu essaies de me faire sentir coupable, ça ne marchera pas. Je suis un adulte responsable et j'assume pleinement mes actes. J'ai entièrement le droit de peindre le sujet que je veux.»

« Et Marina, elle en pense quoi ? C'est ce que tu es en train d'apprendre à ta petite fille. Ce n'est pas en peignant ce genre de choses qu'elle va apprendre à être une petite fille responsable.»

« Tu crois sérieusement qu'elle va prendre exemple sur ce tableau ? C'est pas comme si elle l'avait vu ou qu'il était encore à la maison. Et puis c'était un tableau ! Un seul.»

« Tu admets quand même que …»

« Je laisse tomber, ça sert à rien de discuter.»

« Au moins, il n'y a pas d'ambiguïté avec ta fille. Il y a que des couleurs et ça ne représente rien de particulier.»

« C'est ce qu'on appelle de l'art abstrait. La partie amusante c'est de trouver la signification de tout ça.»

« Tu veux dire comme cette fameuse toile toute blanche avec une tache noir. Si c'est c'est je vais me mettre à la peinture aussi. J'ai de l'imagination, je devrais pouvoir inventer des histoires fabuleuses qui donneront envie d'acheter mes toiles que j'aurais faites en cinq minutes.»

« Le processus prend beaucoup plus de temps. Tu peux recommencer encore et encore avant d'obtenir le résultat souhaité. Et même une fois arrivé là, tu ne sais pas comment elle va être reçu.»

« On va jouer à un jeu alors ! Comment va être reçue la toile que Rosaria est en train de peindre ?»

« Il faudrait voir le produit fini. Elle peut très bien apporté une touche finale qui changera complètement la nature du tableau.»

« Comme une femme en bikini ? Parce que c'est facile à appréhender ça.»

« …»

« En tout cas pour l'éducation d'Aurora, on reviendra.»

« Qu'est-ce qui ne va pas encore ?»

« Manger devant la télé ?»

« Parce que tu ne l'as jamais fait ?»

« T'aimerais bien que je réponde, n'est-ce pas ? Cela te donnerait un indice sur le monde dans lequel je suis.»

« J'aurais essayé au moins. Mais je pense quand même que tu exagères !»

« Et ta fille qui commence à boire dès le petit-déjeuner, ce n'est pas un exemple non plus !»

« C'est pas vraiment le petit-déjeuner pour elle, elle vient juste de rentrer !»

« Et tu penses que c'est une bonne excuse ?»
« Elle a raison de s'isoler la petite. Loin de là mauvaise influence de ses aînés, j'espère qu'elle arrivera à se développer normalement.»

« Dis comme ça, on dirait qu'on est une famille complément dysfonctionnelle.»  

« Avec un grand-père pervers et une mère au bord de l'alcoolisme, on fait mieux.»

« Je vais vraiment finir par me vexer là. C'est vraiment pas gentil !»

« Je voulais juste rigoler. Mais je pense que je suis allé un peu loin vu ta réaction.»

« Et c'est tout ? Pas d'excuses ?»

« Excuse-moi. Il est clair que cette petite vit dans une famille aimante. Et visiblement, elle a pris les bonnes habitudes de sa famille. Une future artiste !»

« J'accepte tes excuses à moitié. On verra plus tard si tu es plus gentil.»

« Qu'est ce que j'aurais du dire alors tout à l'heure ?»

« Bon j'admets quand même que tu avais raison pour Rosaria.»

« Hein ? À propos de quoi ?»

« Du verre au petit-déjeuner !»

« Tu es en train de me dire qu'elle a un petit problème ?»

« Mais non pas ça... A propos du mauvais exemple que ça donne à Aurora.»

« Donc tu la laisses boire comme ça ?»

« Il faut bien qu'elle s'entraîne pour son boulot. Et comme Brenna, quelqu'un doit bien goûter ce qu'elle prépare. Et puis c'est son rêve de devenir une mixologue reconnue. Quoi qu'il arrive elle sera souvent au bar en train de préparer de quoi nous rafraîchir !»

« Et tu lui as dit quoi alors ?»

« De faire attention à ce qu'elle fait devant Aurora. Je sais que ma fille est responsable et que sa consommation n'ira pas plus loin. Je ne lui ai donc pas fait la leçon sur ça.»

« Et elle a accepté sans broncher ?»

« Elle a reconnu que j'avais raison. On a décidé de bouger le bar dans l'ancienne chambre des jumeaux pour qu'elle puisse s'entraîner sans danger.»

« Et maintenant, tu vas faire quoi toi ? Plus de peinture douteuse ?»

« Sans commentaire.»

« Comme elle ne peut plus boire à la maison, elle emmène son petit ami dans un bar, histoire de se sentir moins coupable ?»

« Mais non... Ils bossent tellement dur tous les deux qu'on leur a proposé de s'occuper d'Aurora pour qu'ils puissent aller se détendre un peu.»

« C'est vrai qu'on les voit pas souvent en dehors de la maison.»

« Oui du coup, on s'est senti un peu coupable Marina et moi, d'être tout le temps là mais de ne pas les soulager un peu.»

« Pourtant j'ai l'impression que vous passez du temps avec Aurora.»

« Oui mais on ne leur a jamais dit qu'ils pouvaient sortir sans s'inquiéter et je pense qu'ils n'osent pas nous demander.»

« J'espère qu'ils vont bien en profiter alors.»

« Tu te rappelles la dernière fois que je suis venu ici ?»

« Oh oui, le jour où tu as demandé Marina en mariage.»

« Pourquoi tu me reparles de ça tout à coup ?»

« Parce qu'il y a une raison pour laquelle on les a poussé à sortir.»

« Et c'est le moment où tu m'expliques tout ?»

« Seamus est venu nous parler l'autre jour.»

« Nous ?»

« Marina et moi. Arrêtes de me couper.»

« Ok, ok. »

« Donc je disais. Seamus est venu nous parler à tous les deux. Il nous a expliqué combien il aime Rosaria et combien il veut rester le reste de sa vie avec elle. Et combien il veut qu'Aurora grandisse dans un environnement stable.»

« En gros, il est venu vous demander la main de votre fille ?»

« Tu gâches mon effet. Mais oui !»

« Donc vous avez dit oui et vous lui avez proposé de garder Aurora pendant qu'ils sortaient tous les deux pour un rendez-vous romantique.» 

« Tout juste.»

« Ça vous a mis dans une humeur romantique en tout cas.»

« Ça nous a rappelé des souvenirs de notre jeunesse.»

« Tant que vous n'allez pas plus loin devant Aurora.»

« Tu crois qu'on va faire quoi devant notre petite fille ?»

« Après le tableau de la dernière fois, je ne présume de plus rien.»

« Ça va le suivre encore longtemps ?»

« Jusqu'à ce que ça me lasse.»

« Et bien si ça peut te rassurer, on a rien fait qu'elle n'ai pas déjà vu.»

« C'est bien ça qui m’inquiète.»

« Si on a même plus droit de s'embrasser devant elle, je me demande où va le monde.»

« C'est déjà mieux là. Je vois que tu prends vraiment des bonnes résolutions.»

« Comme si je n'avais pas fait la même chose avec mes propres enfants.»

« Oui mais il y a eu un peu de relâchement depuis la dernière fois où il y a eu un enfant dans cette maison.»

« Tu arêtes de nous faire passer pour ce que nous sommes pas ? On a rien changé depuis que nos enfants sont nés, et ils s'en sortent très bien !»

« En parlant d'enfant, des nouvelles de Rosaria et Seamus ?»

« Je vois que tu essaies d'éviter la conversation…»

« Je te taquine tu sais. Et ça marche tellement bien.»

« Je crois qu'on avait déjà établi que c'était pas très drôle.»

« Promis, j'arrête !»

« J'espère bien !»

« Bon et Rosaria ?»

« Ils sont rentrés tard, on était déjà couché. Mais j'imagine mal Rosaria refuser d'épouser le père de son enfant.»