72. Death and all his friends

« Ça sent bon par ici ! »

« Tu trouves ? Si j'avais su qu'un simple gâteau suffirait pour te faire revenir … »

« Comment ça, pour me faire revenir ? »

« Ben je sais pas... T'étais où pendant tout ce temps ? »

« Ici ! »

« Si t'avais été ici, je serais pas en train de te demander où t’étais… »

« Ça va, je ne suis pas parti trop longtemps, il ne faut pas exagérer. Par contre, j'amène pleins de surprises avec moi. Mais il faudra découvrir par vous-même ce qu'elles sont. »

« Tout est relatif. T'as quand même loupé quelques trucs. Et c'est pas en me couvrant de cadeaux que ça va changer quelque chose. »

« Ce n'est pas toi qui va pouvoir en profiter de toute façon. Tu es mort, je te rappelle. Et je suis sûr que rien d'important ne s'est passé, j'y ai veillé. »

« T'es prêt à mettre ta main à couper ? »

« Bien sûr... Par contre, si je n'ai plus de main, vous allez avoir de sacrés problèmes ! »

« Ok, des menaces … Alors pourquoi ma fille est dans sa cuisine en train de préparer un gâteau ? »

« C’est drôle que tu poses cette question ! … »

« Et bien si tu veux tout savoir, c'est pour nos deux tourtereaux. Tu sais, ton précieux héritier et sa dulcinée. »

« Mon précieux héritier ? C'est le tien aussi je te rappelle. Lui qui va continuer la lignée de célèbres artistes que vous êtes. »

« Si on veut. Ils sont tous mes héritiers pour moi. Artistes ou pas. Et je ne sais toujours pas vraiment ce que tout ça va m'apporter de toute façon. À part un mal de crâne. »

« La gloire, la célébrité, à tout jamais. »

« Ouais, je suis mort quoi. Ça m'apporte quoi concrètement, là où je suis. »

« Et bien ce que je viens de te dire. Tous les Sims connaîtront ton nom, même s'ils ne sont pas nés à ton époque. Et quand ils te rejoindront là où tu es, ils te reconnaîtront. »

« Donc, en gros, ça me sert à rien. Ça ne tiendrait qu'à moi, ils feraient tous comme ils veulent mes descendants. Mais bon, vu que c'est toi qui nous a offert tout ça, j'imagine qu'on doit bien faire un petit effort. »

« Tu ne trouves même pas important que l'art prenne la place qui lui ait due grâce à toi et à ta famille ? Que ton nom soit à jamais associé à une époque glorieuse de création artistique sans précédent ? »

« Faut toujours que t'exagères. Tu crois vraiment à tout ce que tu dis ? »

« Bon j'ai compris ... Là, où tu es … »
« Et donc, pourquoi ce gâteau ? J'imagine que ce n'est pas vraiment pour fêter mon retour. »

« Ah ben non, on va pas te récompenser non plus. Non, c'est parce que ces deux là vont se marier. »

« Déjà ? Ce n'est pas un rapide tout ça ? »

« Ça aurait été rapide, oui, si tu n'avais pas disparu et que tu avais pas manqué un certain laps de temps. Comme la dernière fois … »

« La dernière fois ? »

« Dans l'autre monde. Ma première vie. Là où tout était tellement mieux… »

« Mieux, mieux ... C’est une question de point de vue. »

« T'as vu ? Je n'ai pas oublié hein… »

« Non je vois ça. Mais tu ne vas pas me dire que tu n'es pas heureux ici. »

« Je suis mort ici ou là. Ça change pas grand chose. »

« Est-ce que ça ne ferait pas de ce monde le paradis ? »

«  … »

« Bon ... Et donc ces deux là vont se marier ? Et j'imagine que j'arrive tout juste pour le jour J ? »

« Un peu plus et tu manquais tout. Tout le monde est en plein dans les préparatifs. »

« Rosaria doit être ravie ! Une petite fille et un mariage, c'est plus que ce qu'elle a jamais pu espérer. »

« Si tu avais été là, tu aurais pu constater de tes propres yeux à quel point elle était ravie et avec quel enthousiasme elle a accueilli la nouvelle. »

« Je sens que cette absence va rejoindre la pile de choses que tu me reproches sans arrêt. »

« Seulement au début. Sauf si tu disparais encore. Ça faisait longtemps que je n'avais pas évoqué ta première disparition. La première fois que tu m'as abandonné. »

« Abandonné, abandonné. Tu y vas fort quand même. Et puis tu viens d'en parler ! »

« Parce que c'était mon exemple et que tu viens de le faire une seconde fois. »

« Et tout cas, je n'ai pas besoin que tu me dises quoi que ce soit. Je le vois très bien. L'enthousiasme de ta fille je veux dire. »

« Bon ben comme t'as pas besoin de moi apparemment et qu'en plus je te manque pas plus que ça, je vais te laisser. »

« Non mais n'importe quoi. Je suis là, non ? Je suis quand même revenu. C'est que d'un coté, tu me manquais quand même et que j'avais envie de te revoir. »

« T'étais où d'abord ? Quelqu'un de plus intéressant que moi ? »

« Non quelqu'un qui avait plus d'ennuis que toi et qui avait donc plus besoin de moi. Mais c'est terminé, je suis tout à toi maintenant. »
« En plus de s'être occupée de toute l'organisation, elle a trouvé le temps de se faire belle pour l’occasion. »

« Les deux ne sont pas incompatibles. Surtout quand tu ne pars pas de rien. »

« Je vois que tu n'es pas modeste. Bon il faut avouer quand même qu'elle est particulièrement élégante aujourd'hui. On dirait la reine mère. Il faut du temps pour arriver à ce résultat. »

« Qui ? Et puis de toute manière, le temps n'a rien à voir là dedans. L'élégance, c'est naturel chez elle. »

« Oui bien sûr. Laisse-moi deviner, elle tient ça de son père ? J'avais oublié que tu étais l'homme le plus élégant de la planète, dans ton costume de fermier. »

« Je n'aurais pas dit mieux moi-même ! ... Attends ... mon costume de fermier ? »

« Ben on peut pas dire que tes choix vestimentaires auraient fait tourner les têtes dans une soirée chic. Enfin si, mais pas forcément pour les bonnes raisons. »

« Non mais si tu prends ça aussi. J'étais chic à mon mariage. Je sais laisser briller mon élégance quand il le faut. Enfin, savais. »

« Si tu le dis … »

« Pense ce que tu veux, mais tu ne pas nier que ma fille est splendide. Elle rayonne aujourd'hui ! »

« Tant qu'elle n'éclipse pas la mariée, on ne devrait pas avoir trop de problèmes. »

« Aucun risque que ça arrive. C'est son jour, même si sa belle-mère a fière allure. »

« C'est aussi un peu le jour d'Eoin non ? »

« Oui aussi, mais sa mère ne sera jamais plus belle que lui. »

« Chaque génération éclipse la suivante alors ? »

« Ce n'est pas le principe ? Améliorer à chaque itération ? »

« Oh tu sais, avec ce qu'on voit de nos jours, je ne suis plus très sûr. Disons que c'est très subjectif tout ça. »

« Et voilà, c'est emballé. »

« C'est une façon de voir les choses. »

« En route pour la génération suivante ! »

« Quel enthousiasme ! Quelle mouche t'a piqué ? »

« Être ici, c'est quand même moins fun qu'être avec eux. Et clairement, on stagne depuis quelque temps. Il ne se passe pas grand chose. Je m’ennuie. »

« Tu peux toujours aller les hanter. Te mêler à la famille, et prendre part à leur vie. Peut-être la rendre un peu plus excitante à ton goût. »

« Ce n'est pas pareil. Je veux voir la suite moi. Mais elle arrive pas assez vite. Je veux du sang neuf, quelqu'un de nouveau à rencontrer. La prochaine petite tête blonde qui rejoindra la famille … »

« Tête rousse tu veux dire. »

« J'espère pour toi, et pour eux. »

« Combien d'enfants avant d'arriver au résultat attendu selon toi ? Ça pourrait apporter le piment qui manque à ta vie. Enfin, ta mort. »

« Avec les gênes des parents, j'espère qu'un seul seulement suffira. »

« Oui mais attends, il faut aussi qu'elle ait la fibre artistique. »

« Elle ? Tu te lances dans la divination ? Ou tu as encore ajouté une règles stupide ? »

« Elle pour la petite tête blonde. Je ne vais pas ajouter encore une contrainte, je te rassure. C'est difficile pour moi aussi tu sais. Je m'attache facilement. Et c'est dur de tous vous suivre après. Je ne peux pas surveiller tout le monde à la fois. Un seul enfant m'arrangerait aussi, mais malheureusement, ce n'est pas moi qui décide. Et puis on pourrait passer encore plus vite à la suite. »

« La suite ? »

« La génération suivante. On aurait pas besoin d'attendre aussi longtemps qu'avec Eoin. »
« Non mais regarde là l'autre !»

« Qu'est-ce qu'elle a fait encore pour te déplaire ? Ou plutôt qu'est-ce qu'elle n'a pas fait ?»

« Sûrement en train de rêver du jour où elle va enfin pouvoir mettre la main sur votre fortune.»

« C'est pas bientôt fini, la théorie du complot ? Depuis le temps qu'elle est là, tu aurais pu te rendre à l'évidence que tout ça c'est uniquement dans ta tête. Notre fortune ne l'intéresse pas. Il y a bien plus intéressant que nous dans la région. Et ne t'en déplaise, on est pas assez célèbre pour intéresser qui que ce soit. Ou alors vraiment un groupe de gens minuscule. Iain et elle ne sont même pas encore marié. Elle doit tout simplement penser que ça serait bien qu'elle aimerait bien être à la place de la mariée. Et je la comprend ! Eòin vient à peine de se fiancer et ils ont déjà passé l'étape suivante. Alors qu'Alice, elle, elle attend toujours. »

« Oui, elle en a marre d'attendre pour mettre son plan à exécution. Où alors elle se dit qu'elle aurait peut-être du mettre la main sur l'héritier plutôt. Il faut qu'elle agisse vite si elle ne veut pas être vieille et décrépie quand elle atteindra son but. Elle pensait qu'un enfant arrangerait ça, mais ce n'est pas vraiment le cas.»

« Non mais ce qu'il ne fait pas entendre quand même. Puisque je te dis qu'on peut lui faire confiance…»

« As-tu des preuves de ce que tu avances ?»

« Autant que toi. Les observer ne te suffit pas ? Donne moi un seul exemple de truc suspect qu'elle aurait pu faire depuis qu'elle a emménagé.»

« Emménager ? Ou ce qu'elle vient tout juste de faire …»

« Tu veux dire rêver de son mariage alors qu'elle est fiancée depuis des lustres ? Oui t'as raison, c'est suspect !»

« Peut-être qu'elle ne rêvait pas de son mariage, mais plutôt de tout brûler ?»
« Elle est sérieuse là ? Et ça, ce n'est pas suspect peut-être ?»

« Quoi ?»

« Le mariage surprise là ! Elle profite de celui d'Eòin pour se marier aussi. Elle vole la vedette aux vraies stars de la journée. Et elle a même pas honte ?»

« D'abord, il faut être deux pour se marier. Voir 4 dans ce cas. Je pense pas que Iain ait trop du se faire prier,  et Eòin a sûrement donné son accord pour tout ça. Et puis tu dis tout ça juste parce que c'est pas ton préféré.»

« Ce n'est pas une histoire d'être mon préféré ou pas mais tu veux que je te rappelle qui est ton héritier et qui a plus de chance de rester dans cette maison que l’autre.»

« Tu veux dire avant ou après qu'Alice prenne le contrôle des affaires de la famille ?»

« Très drôle. Tu verras, tu verras.»

« Et en attendant, si je te dis que c'est Elatha qui a proposé ce mariage surprise, le jour de son propre mariage et qu'elle a vraiment insisté quand ils ont refusé au début ?»

« Je dis qu'elle est trop bonne et qu'elle a accepté uniquement parce qu'Alice est venu pleurer. Et après, elle a fait comme si elle ne pouvait pas accepter alors que c'était son plan depuis le départ. Maline, ça fait économiser l'argent du deuxième mariage, et c'est autant d'argent en plus dans sa poche.»

« Mais je te dis que l'idée de vient pas d'elle au départ !»

« Ça c'est ce qu'elle veut nous faire croire. »

« Ou alors, tout simplement, Elatha voulait que sa belle-mère soit là aussi pour le mariage de son autre fils, qu'elle attendait tout autant que celui auquel elle vient d’assister.»

« Et bien je dirais que c'est une vrai sainte cette femme. Alice n'aurait jamais pensé à ça.»

« Tu es fatiguant, tu sais ? Moi qui croyait pouvoir reposer en paix.»

« Tu parles d'un bon timing ! Si tôt les enfants mariés, elle lâche l'affaire !»

« C'est de ma fille dont tu parles là ! Un peu de respect quand même. C'est peut-être pas si dramatique qu'on peu le penser, avec cet endroit et tout, mais c'est quand même un moment grave dans la vie des gens qui restent derrière.»

« Je ne fais que commenter le fait que c'était plutôt serré. Ils n’auraient pas pu faire mieux. Ou pire. Un peu plus et elle s'en allait en plein milieu de la cérémonie ou du banquet.»

« Ça aurait été horrible pour le reste de la famille. Un souvenir heureux à jamais souillé par cette disparition.»

« Pas sûr que ça soit mieux comme ça. Ils vont quand même être sacrément déprimés quand ils vont se réveiller.»

« Au moins, ils auront pu profiter de leur nuit de noces.»

« J'espère bien que oui. Enfin Eòin au moins. Iain a déjà tout ce qu'il faut.»

« Mais t'es vraiment horrible en fait. Ma fille vient de mourir et tu ne t'arrêtes même pas cinq minutes avec tes théories complètement délirantes.»

« Je n'ai absolument rien dit sur Alice. Je n'ai même pas mentionné son nom.»

« Mais tu l'as a pensé très fort. T'as pas mis longtemps à comprendre ce à quoi je faisais allusion.»

« Je disais juste que j'avais hâte de voir l'héritier suivant, c'est tout.»

« C'est tout ? J'ai du mal à le croire.»

« Oui monsieur !»

« Je ne sais vraiment pas pourquoi mais j'arrive pas à te faire confiance.»

« Comme tu veux ... On peut revenir à la morte du coup ?»

« Non mais …»

« Ça va, elle va te rejoindre. C'est pas comme si c'était la dernière fois que tu la vois. Et tu as dit toi-même à plusieurs reprises que tu avais hâte de l'avoir ici.»

« Oui mais moi, je pense aux autres aussi.»

« Mais pourquoi les gens préparent toujours à manger quand une personne meurt. Je ne suis pas sûr que ça soit la première chose à laquelle tu penses après ça.»

« Justement, ça t'évite d'y penser. Et puis c'est un peu réconfortant aussi, la nourriture. Surtout après un tel choc. J'aimerais bien pouvoir remanger moi.»

« Un choc ? Quel choc ? Tout le monde savait que c'était une possibilité. Chaque jour était un pas de plus vers sa disparition. Même elle le savait. Ils auraient du être préparés à cette éventualité. Triste, ok. Choqué, j'ai plus de mal à comprendre.»

« On vient quand même de perdre un membre important de la famille.»

« Ce n'était pas le parrain non plus. Rien ne va s'effondre. Ton empire est sain et sauf. Et puis elle était en sursis depuis sa première attaque. Comme Marina. C'était évident qu'elle n'allait pas encore vivre une vie très longue et prospère. Son temps était compté. La faucheuse lui a juste fait une fleur.»

« Si tôt après le mariage, quand même. Alors que c'était sensé être une période de joie, où ils auraient pu tous profiter du bonheur de fêter l’union de ces deux êtres qui s'aiment tellement. Le temps de revenir doucement à la réalité. Là, le retour est plutôt brusque.»

« Quel poète ... Mais du coup, la nouvelle passe mieux devant un bon plat de spaghettis à huit heure du matin ?»

« Manger, ça occupe l'esprit !»

« On doit donc s'attendre à une vague d'obésité du coup ? Parce que bon, s'ils ont fini de manger et que leur peine revient, ils vont vouloir manger encore, et encore, et ... Et puis Rosaria ne devrait pas tarder à être rejointe par son cher et tendre …»

« Faut toujours que t'exagères. Ils vont pas faire que manger non plus. Ils ont encore la capacité de réfléchir. Et mon beau-fils a encore de beaux jours devant lui. Il ne ferait pas ça à ses enfants.»