76. Will the future blame us ?

« Finalement, je vois que tu prends tes aises. Ça va, bien assis ? »

« C'est pas comme si je pouvais y faire quelque chose. Alors autant en profiter tant que c'est là. Et je n'ai jamais dit que ça ne me plaisait pas.»

« Tu as raison, tu étais trop préoccupé par la fortune dont tu n'as plus besoin.»

« Ce n'est pas tellement la fortune, c'est le bien-être de mes descendants qui me préoccupe.»

« Vivre dans un décor agréable n'influence pas positivement leur bien-être ?»

« Si. Mais vivre dehors non. Je sais de quoi je parle.»

« Depuis quand un Sim peut se retrouver dehors ? Au pire, ils vivront sans eau ni électricité pendant quelques temps.»

« Et l'huissier qui vient se servir pour se payer ? Imagine, il part avec mon portrait ?»

« Depuis le temps, je pensais que tu avais remarqué qu'il n'y a pas d'huissier ici.»

« Ah bon ? Donc ils coupent juste l'électricité ?»

« Et l'eau si tu ne payes toujours pas …»

« Mais c'est horrible !»

« Si ça arrive, tu ne t'en rendras même pas compte …»

« Ben s'il n'y a plus d'électricité, comment je fais pour regarder la télé ?»

« Dis celui qui n'en avait même pas dans sa vie précédente.»

« Lui et moi, on est quand même légèrement différents.»

« Je ne sais pas lequel je préfère. Je commence à penser que ta premier incarnation était moins embêtante.»

« Si jamais tu repars là bas, n'oublie pas de jeter un œil sur ma famille.»

« Il m'en faudrait plus que ça pour abandonner ce monde-ci... En plus tu n'y es pas là bas, qu'est-ce que j'y ferais ?»
« Cela fait tellement longtemps qu'on avait pas eu d'anniversaire en série. J'en suis presque nostalgique.»

« C'est ce qui arrive quand tu ne forces pas mes descendants à se reproduire comme des lapins.»

« La nostalgie ?»

« Non, les anniversaires en série. Je sais très bien que tu avais compris du premier coup ce que je voulais dire.»

« Encore une fois, excusez-moi de vouloir transmettre ton héritage génétique.»

« Ça leur fera au moins une chose à transmettre une fois qu'ils auront dilapidé toute ma fortune.»

« Alors je suis peut-être embêtant avec mes règles mais toi et ton argent .... Je ne me souviens pas de d'avoir créé avec le trait matérialiste pourtant …»

« Pouvoir vivre confortablement est bien plus important qu'une couleur d'yeux ou de cheveux.»

« Mais c'est justement parce que je sais qu'ils n'auront jamais de problèmes de trésorerie que je me focalise sur ces détails. Et puis améliorer son intérieur participe à vivre confortablement ... »

« Et comment tu peux en être sûr ? Qu'ils ne seront jamais en manque d'argent je veux dire ... »

« Parce que j'ai confiance. Et si tu n'as pas confiance, pourquoi tu ne les rejoins pas encore une fois pour les surveiller ?»

« Tu peux faire ça ? Je veux dire, me ressusciter encore une fois ?»

« Moi ? Non. Mais tu peux rester en bas pour les hanter et leur rappeler de faire des économies. Et puis si tu étais à nouveau vivant, tu ne verrais plus ta famille. Celle qui t'a rejoint depuis, ceux que tu as connus de ton vivant et qui sont morts depuis. Marina par exemple. Je ne ferais jamais ça.»

« Jamais ? Je fais quoi ici ? Elle est où ma première femme ?»

« Bon, tu ne veux pas regarder ta petite fille souffler ses bougies ?»

« Tu ne t'en sortiras pas en essayant de détourner mon attention.»

« Et ben voilà, j'ai tout manqué !»

« Et c'est de ma faute peut-être ?»

« Tu m'as distrait avec tes histoires !»

« Et bien voyons ... »

« Bon où est-ce qu'elle est ma petite fille ?»

« Je crois que si tu procèdes par élimination, tu devrais la trouver assez rapidement.»

« J'ai vraiment l'impression que tu te moques de moi parfois …»

« Alors je te rassure. Dans ce cas, ce n'est pas juste une impression.»

« Sympa.»

« En même temps, tu viens juste de m'accuser de te distraire alors que c'est toi même qui part dans tes délires et ne fait plus attention à ce qui se passe. Ne crois pas que je vais être gentil avec toi après cela. Et moi, je n'ai rien manqué.»

« Je vais rien dire pour cette fois.»

« J'y compte bien. Tu es indéfendable sur ce coup.»

« Bon, ma petite fille ... Elle est superbe non ?»

« Elle est belle oui. Mais rien d'extraordinaire non plus.»

« Et monsieur a besoin de quoi en plus ?»

« Je ne sais pas, il lui manque un petit quelque chose pour la mettre à part. Les yeux de son papa par exemple. »

« Toi et tes critères …»

« Cela n'a rien à voir avec mes critères !»

« Dès que tu en aura l'occasion, tu vas la faire partir.»

« Ce n'est pas moi qui décide. Si elle veut rester, elle pourrait. Tant qu'il y a encore de la place pour l'héritier …»

« Tu deviens de plus en plus dur !»

« J'essaie juste de faire avancer les choses pour avoir le temps de les finir avant qu'il ne soit trop tard.»

« Trop tard ? Tu veux me faire peur ?»

« Au lieu de m'embêter, pourquoi tu ne vas pas parler à ton héritière au lieu de laisser quelqu'un d'autre le faire ? Tu ne voudrais pas encore manquer un moment important n'est-ce pas ?»

« Je laisse personne faire les choses à ma place !»

« Pourtant ce n'est pas toi que je vois avec Bédelia !»

« Non, ce n'est pas moi. Mais ce n'est pas moi non plus qui l'ai envoyée parler avec elle. Je n'y suis absolument pour rien.»

« Je ne sais pas ce qui est pire du coup …»

« Maintenant tu vas me reprocher de ne pas avoir envoyé quelqu'un à ma place ? Va falloir te décider parce que moi je ne sais plus sur quel pied danser…»

« Tu sais, j'ai l'impression de te revoir avec ton premier fils. C'était en partie ma faute. J'aurais dû te prévenir. Mais là ... Je ne sais vraiment pas quoi penser.»

« Écoute, il n'y a absolument rien. Je l'aime bien cette petite et je suis sûr qu'elle fera une super héritière.»

« Mais ... »

« Mais rien du tout. Il n'y a pas de mais.»

« Alors pourquoi tu n'es pas encore allé la voir ?»

« J'irais quand le moment sera opportun.»

« Monsieur veut soigner son entrée ? Très franchement , je ne vois pas quel moment serait plus opportun qu'un autre. Je suis sûr que tu ne me dis pas tout. Mais un jour, je saurais.»

« Tu crois vraiment que j'ai un secret que je ne veux pas partager ?»

« Alors dis moi pourquoi tu ne lui parles jamais ?»

« Je te l'ai dit. Et je n'ai rien de plus à ajouter !»

« Je pense que tu as compris que je n'étais pas satisfait par ta réponse ?»

« Oui mais tu en auras aucune autre.»

« Regarde cette bouille comme elle est adorable ! Comment tu veux ne pas aller lui parler ?»

« Avec ce maquillage, oui, j'ai envie d'aller lui expliquer qu'on ne sort pas déguisé comme un pot de peinture.»

« Elle s'amuse, c'est encore une enfant. Et au moins, si ça t'amène à lui dire quelques mots …»

« Non sérieusement ! Où sont ses parents ? C'est un crime de se maquiller comme ça !»

« Elle se prépare à sortir, elle veut se faire belle comme sa maman. Maman, qui je suis sûr ne la laissera pas aller au festival comme ça.»

« Le festival ?»

« Oui, un peu comme à Monte Vista, tu te souviens ? Mais en plus animé ... »

« Et on fête quoi ? Le printemps ? L'été ? ... Vu qu'on a pas de saisons, ça va être compliqué.»

« Non, c'est le festival des Épices !»

« Des épices ? Et on y fait quoi ?»

« On mange, on écoute de la musique, on participe au concours de curry, on fait des bulles .... Un peu de détente en famille quoi ! Et puis on y rencontre aussi pleins de nouvelles personnes.»

« Encore un de tes plans pour trouver quelqu'un à Bédelia ?»

« Ce n'est pas en restant à la maison qu'elle va trouver des amis, si ? Et puis on pourra peut-être trouver quelqu'un pour Cordélia !»

« Allons-y alors ! Ça se passe où ?»

« San Myshuno ! »

« San Myshuwhat ?»

« San Myshuno !»

« Tu es en train de me dire qu'une grosse ville comme ça est apparue comme par magie du jour au lendemain et tout le monde trouve ça normal ?»

« Oh regarde ! C'est Sienna !»

« N'essaie pas de détourner mon attention. Sienna, je la vois quand je veux. Maintenant dis moi comment c'est possible qu'une ville apparaisse comme ça et que personne n'a l'air de s'inquiéter !»

« Comme si c'était la première fois que ça arrivait ... Magnolia Promenade, Newcrest, Windenburg... Je ne me souviens pas qu'elles étaient présentes quand tu es arrivé ici. Et je ne vois pas ce qui te choque avec San Myshuno du coup ! »

« Mais comment c'est possible ?»

« De la même manière que tu te trouves ici.»

« Mais pourquoi ça ne fait réagir que moi ? Les autres font comme si de rien n’était.»

« Peut-être parce qu'eux ne perçoivent pas les choses comme toi.»

« Et pourquoi ?»

« Parce que tu es spécial, parce que tu étais là-bas…»

« Là-bas ?»

« Ton autre vie.»

« Oui ben là-bas, la vie était moins bizarre. Les choses ne changeaient pas comme ça du jour au lendemain…»

« C'est parce qu'on est arrivé vers la fin, quand le monde était presque stabilisé. Ici, on est encore en constante évolution. Et c'est pour le mieux. Le monde devient meilleur de jour en jour. Et là-bas, tu te souviens ne serait-ce que d'une seule autre ville que la tienne ? Et c'était moins bizarre avec les fées, les vampires et les licornes ?»

« En fait, quand je réfléchis, je me dis que tu as raison. Et ça fait mal. Mais embrassons le changement !»

« Et tu n'as pas encore tout vu ... »

« Et donc, ce festival des épices, ça consiste à manger ?»

« C'est bien simpliste comme vision ... Ça consiste aussi à réunir les gens autour de différentes cultures culinaires. Écouter de la musique, boire un verre, acheter des épices... C'est un moment de détente en compagnie des autres !»

« Et il n'y a pas de jeu, comme à Monte Vista ?»

« Il y a le challenge du curry, c'est un peu comme le concours de nourriture. Mais c'est surtout un concours pour voir qui va tenir le plus longtemps avec un curry ultra épicé.»

« Et on gagne quoi ?»

« Un t-shirt spécial.»

« Quelle générosité !»

« Le principal, c'est de participer. Et tu peux même te vanter d'avoir gagner le challenge. Et puis n'oublie pas tous les plats exotiques que tu peux goûter gratuitement.»

« Il était où ce festival quand j'ai débuté ? J'aurais bien mangé à l’œil.»

« Mais il était là !»

« Clairement non, sinon je m'en souviendrais.»

« L'histoire dira le contraire …»
« Vite ! Appelez les associations de défense des droits des Sims ! C'est clairement une violation de nos droits de manipuler nos esprits comme ça.»

« Saut que personne ne se rappelle que San Myshuno n'a pas toujours été là. Toi, tu es spécial …»

« Et si j'étais toujours en vie, je m'en souviendrais ?»

« Oui.»

« C'est nul d'être spécial.»

« Ne dis pas ça. Tu as une perspective unique sur ce monde. Tu le vois se construire au fur et à mesure. Tu le vois s'améliorer de jour en jour.»

« Je me demande ce que tu me réserves pour la suite ...»
« Tiens, je ne t'avais pas promis des bulles ?»

« J'ai comme l'impression que tu essaies encore de te détourner mon attention de la conversation …»

« Pas du tout. Mais tu ne la trouves pas mignonne, à souffler ses bulles comme ça ?»

« Si, si. Mais j'ai encore plus peur de ce que tu essaies de cacher. Tu sais quelque chose mais tu ne veux pas me le dire. Et tu as peur que ça sorte si on continue sur le sujet. Parce que tu as peur que je le prenne mal ?»

« Peut-être que c'est une surprise que je ne veux pas gâcher ?»

« Avec toi, j'en doute …»

« Tu ne veux pas profiter un peu du festival pour te détendre un peu ? On pourra parler de tout ça plus tard.»

« Je ne vais pas la regarder faire des bulles pendant cinq ans non plus. C'est mignon cinq minutes mais après ... Ça sert à rien… »

« Je te trouve bien dur dis donc…»

« Et toi tu me caches des choses…»

« Parfois, c'est pour ton bien, tu sais !»

« Laisse moi décider ce qui est bien pour moi.»

« Je regrette mais tu vas devoir patienter.»

« Donc tu admets ?»

« J'admets juste que si je savais quelque chose, je ne dirais rien.»

« Tu me fais pas confiance, c'est ça ?»

« Pas du tout.»

« J'ai du mal à comprendre ton raisonnement.»

« J'ai envie que tu te concentres sur le présent.»

« Je suis concentré sur le présent.»

« Clairement non, tu veux que je te parle du future !»

« Et toi, si tu connaissais quelqu'un qui pouvait t'annoncer ce qui va arriver avant que ça n'arrive, tu essaierais pas de savoir ?»

« Et les feux d'artifice, tu en penses quoi ?»

« J'en pense que c'est dangereux et qu'elle pourrait se brûler ! Et tu détournes une fois de plus la conversation.»

« Je ne détourne rien étant donné qu'il n'y a pas de conversation.»

« Si je la commence, il y en aura une.»

« Très bien, j'espère que tu es prêt à parler tout seul.»

« T'es vraiment pas marrant. Pourquoi tu ne veux rien me dire ?»

« Et si tu te concentrais un peu sur le présent plutôt que de chercher ce que le futur te réserve ? C'est bien aussi de se laisser surprendre. C'est quoi cette manie de toujours vouloir tout disséquer, de vouloir connaitre les moindres détails avant même d'avoir quelque chose de concret. La patience, ça paie aussi. La surprise est d'autant plus agréable !»

« Ou pas. J'ai essayé la technique et ça n'a rien donné de bon. Tu te souviens de mon fils ?»

« Alors peut-être que l'attente ne valait pas le coup mais au moins tu ne t'aies pas fait des films sur ce qui t'attendait et tu n'as pas été doublement déçu !»

« Si j'avais été encore plus déçu que ça, je crois que je n'aurais pas survécu.»

« Alors profite de l'instant présent. Tu as encore l'éternité devant toi pour découvrir tout ce qui vous attend. Je ne peux te faire qu'une promesse, ça ne sera jamais dangereux pour vous.»

« Tu es sûr de ça ?»

« Est-ce que je vous ai jamais maltraité ?»

« L'autre jour, tu parlais de quelqu'un qui n'avait pas la vie facile. Et moi, à mes débuts, sous la neige ?»

« Tu t'en es sorti non ? Et en entier. Et tu avais déjà un toit quand la neige est arrivée ! Maintenant, on peut revenir au présent et jeter un oeil sur ce festival ?»

« Tu disais que personne ne serait blessé ? Elatha n'a pas l'air convaincue !»

« C'est juste quelqu'un qui a abusé des épices. On s'y fait à la longue. Et c'est plus impressionnant que dangereux.»

« Je devrais peut-être essayer alors, juste pour vérifier …»

« Adam, tu es mort. Donc dans tous les cas, ça ne te fera aucun mal.»

« Donc tu admets que c'est dangereux ?»

« C'est uniquement dangereux pour le palais de celui qui le consomme…»

« Rappelle-moi pourquoi quelqu'un voudrait s'infliger ça ?»

« Parce que c'est bon ? C'est le concept même de ce festival. Découvrir de nouvelles saveurs.»

« Et elles viennent d'où ces nouvelles saveurs ? D'endroits qui sont encore apparus comme par magie ? Mieux encore, d'endroits qui n'existent pas ? Et encore une fois, ça ne dérange absolument personne ?»

« À part toi, tu veux dire ?»

« À part moi.»

« Peut-être qu'ils préfèrent vivre leur vie plutôt que de passer du temps à se poser des questions auxquelles ils n'auront sûrement jamais de réponse.»

« Je suis sûr que tu les as, toi, ces réponses. Pourquoi ne pas les partager ?»

« Il y a des choses qu'il vaut mieux ignorer.»

« Tu penses que je pourrais mal réagir ?»

« Je pense que je ne sais pas comment tu réagirais et je préfère que ça reste comme ça. Oui, il se passe des choses inexplicables, mais elles ne font de mal à personne. Au contraire, elles sont bénéfiques pour tout le monde. Alors au lieu d'avoir une conversation sans fin à ce sujet, si on se contentait de vérifier que ta famille s'en sort bien et qu'ils continuent le défi que je t'ai lancé il y a si longtemps.»

« Je vois que tu es vraiment décidé à ne rien me dire. Mais tu ne pourras pas m'empêcher d'essayer de temps en temps.»

« Et tu ne pourras pas m'obliger à répondre ...»

« Et si je leur dis d'arrêter tout tant que tu ne nous as rien dit ?»

« Le chantage ne marche pas. Je n'ai rien à perdre. Mais toi, es-tu prêt à tout arrêter, à ce que ta lignée s'arrête ici et maintenant ? Regarde les bien. Dis moi que tu es prêt à tout perdre pour accéder aux secrets de l'univers. Et même si cela marchait, tu ferais quoi après, avec cette connaissance ?»

« …»

« Très bien, on peut retourner à notre boulot d'observation habituel, à vérifier que la famille ne court pas droit à la catastrophe ?»

« Ils ont l'air de se débrouiller très bien sans nous.»

« Tu ne diras pas ça le jour où une catastrophe se produira pendant que tu ne regarderas pas.»

« Parce que tu prévois une catastrophe ? C'est pour ça que tu ne veux rien me dire ?»

« Non c'est juste qu'un accident est si vite arrivé.»

« On dirait presque une menace …»

« Mais non, ne t'inquiètes pas. Je ne prévois rien du tout. Mais imagine. La balle avec laquelle ils sont en train de jouer rebondit sur quelqu'un et le blesse. Quelqu'un marche sur la balle, tombe et se blesse ... on ne sait jamais ce qui peut arriver.»

« Sauf quand on t'a toi pour l'imaginer à notre place. Mais je ne me fais pas trop de soucis étant donné la technique des uns et des autres.»

« Au contraire, ce sont les novices qui ont le plus de chance de provoquer un accident…»

« En fait, tu ne veux vraiment pas me rassurer.»

« Je veux juste m'assurer que tu comprennes que le présent est aussi important que le futur.»

« En me faisant peur ?»

« Et là, ça va être quoi le problème ? Ils risquent de s'étouffer avec les bulles ?»

« Oh non, normalement, ils ne risquent rien. Enfin, je crois …»

« Comment ça, tu crois ?»

« Et bien suivant le mélange utilisé, les bulles peuvent avoir un effet émotionnel plus ou moins fort. Et on sait tous ce qui peut se passer avec des émotions trop fortes.»

« Non ?»

« Non ? Et bien le coeur peut lâcher.»

« Donc t'es encore en train de me dire qu'ils peuvent mourir ?»

« C'est une possibilité, mais il ne devrait pas y avoir de risque.»

« Pourquoi tu m'en parles alors ?»

« Parce que tu demandes ?»

« T'étais pas obligé de répondre ça ! T'aurais pu me rassurer !»

« Pour que tu m'accuses s'il arrive quelque chose ? Je ne suis pas fou !»

« Et maintenant je vais m'inquiéter tout le temps ... »

« S'il arrive quelque chose, c'est que ça devrait arriver. Et il y a toujours moyen de négocier avec la Faucheuse.»

« C'est un peu comme jouer à la roulette russe.»

« C'est la vie. Chaque nouveau pas que tu fais est un nouveau risque à prendre. Tu ne sais pas ce qui t'attends au prochain.»

« Et bien j'aime pas ça.»

« Personne n'aime ça. Mais il faut l'accepter. Surtout que la mort, finalement, c'est pas si mal que ça non ?»

« Y a quand même certaines choses qui manquent ! Pourquoi tu crois qu'on redescend de temps en temps ?»

« Je n'avais jamais vu les choses sous cet angle.»
« Tu veux un gros câlin pour te consoler ?»

« Très drôle …»

« Au moins, il y en a un qui donne tout l'attention qu'elle mérite à son héritière.»

« Tu vas pas recommencer ?»

« Jusqu'à ce que tu sois allé lui parler. Il est plus que temps.»

« J'ai tout le temps.»

« Pas elle, tu ne vas quand même pas attendre qu'elle soit morte et enterrée pour lui parler ? Et tout ça parce que tu veux m'embêter ?»

« Qui a dit que je voulais t'embêter ?»

« C'est la seule explication logique. Pourquoi d'autre ferais-tu de la peine à cette pauvre petite fille qui n'a rien demandé ?»

« Justement, elle n'a rien demandé. Pourquoi ça lui ferait de la peine ?»

« Je suis sûr qu'Eòin se pose aussi des questions. Tu étais tout le temps là pour lui quand il était petit. Et là, pas une seule fois tu n'es venu parler avec sa fille !»

« Il ne m'a rien dit dans ce sens.»

« Il ne veut pas te vexer. Mais avec le temps, il finira par trouver le courage !»

« Si tu le dis.»

« Tu sais, avec le temps, je me demande si tu ne vas pas finir par perdre complètement ton humanité. La dernière chose qui te retient encore ici. Quand elle aura complètement disparue, tu disparaîtras et moi je serais tout seul. Et c'est ça que vous venez chercher en leur rendant visite. Un peu d'humanité, pour rester plus longtemps.»

« Mais où tu vas chercher tout ça ?»

« Je n'ai pas raison ? Tu ne sens pas que tu te perds petit à petit ? C'est pour ça toutes ces questions sur le futur ? Parce que tu ne seras pas là ?»