Jour 264

Ulysse peut avoir le sourire  chaque qu'il rentre avec une promotion, je ne pourrais pas faire ce qu'il fait toute la journée. Rester assise devant un bureau, c'est vraiment pas mon truc. Bon j'avoue, j'adorerais avoir des gens sous mes ordres. Leur faire faire des trucs ridicules pour voir jusqu'où ils sont prêts  aller. Et parce que c'est drôle. Mais bon, ça ne suffit pas non plus.
Moi, il me faut un public. Toute seule sur scène sous la lumière des projecteurs, devant un tas de gens qui sont venus spécialement pour me voir.
Papa m'a ouvert la voie avec son service de streaming, mais je veux aller plus loin. Les gens sont prêts à faire des choses juste pour se distraire, et pas seulement par nécessité. 
Il va quand même falloir convaincre les gens de se déplacer pour ça. Et même si j'aimerais bien que ça soit vrai, il ne vont pas me faire uniquement parce que je suis charmante. Enfin certains peut-être, mais pas tous. Et ce n'est pas le genre de personne avec lesquels j'ai envie de me retrouver toute seule dans une salle sombre.
Alors même si je trouve que mon cousin a le travail le plus barbant du monde, j'admire quand même sa détermination à faire tout ce qu'il faut pour obtenir ce qu'il veut, même si quoi qu'il fasse, cette place de président de la société de sa mère lui reviendra. Mais même en sachant ça, il n'attends pas en se tournant les pouces. 
Du coup, c'est un peu mon modèle. Et quand j'ai envie de baisser les bras, parce que c'est dur, je pense à lui et c'est reparti pour un tour.
Je pourrais penser à mon frère ou à mon autre cousin, qui travaillent aussi dur que lui, mais Ulysse dans son beau costume, il en jette quand même. La classe ! Et moi aussi je veux en jeter plus tard.  Que les gens se retournent sur mon passage en se disant "je veux être comme elle".