Jour 144

J’ai passé une petite partie de ma journée de congés à chercher plus d’informations sur l’adresse où Julien s’était rendu mais je n’ai rien trouvé. Bien évidemment, même avec la connexionfournit par mon boulot, je n’ai pas accès aux informations dont j’ai besoin et je n’ai rien trouvé d’intéressant. 

J’arriverais peut-être à trouver ce que je cherche demain. J’ai accès à bien plus de choses quand je suis dans mon bureau. 

C’est une chance que je sois arrivé à un point dans ma carrière où j’ai mon propre bureau. C’est plus facile de faire des recherches sans avoir des dizaines d’yeux autour de soi qui pourraient voir quelque chose qu’ils n’auraient pas du.

Malgré ça, je peine toujours à localiser les documents que mon grand père à laisser.  Et ce n’est pas facile de demander autour de soi si il n’existerait pas un serveur caché, inconnu de tous dans lequel je pourrais trouver des preuves contres la famille de mon cousin qui exerce un contrôle totale sur toutes les activités de la région.

Enfin qui a exercé. J’aime à me dire que par nos actions nous avons un peu diminué ce pouvoir, même si ce n’est rien de perceptible.

Mon grand-père a permis d’apporter la certitude que l’ex-mari de ma grand-mère n’était pas tout blanc. Ma mère et mon père on permis de semer le doute permis la population et mon demi-frère a continué ce travail.

Ma soeur nous a permis de vivre un peu plus confortablement. 

Si j’arrive à retrouver les preuves, je vais sûrement freiner très fortement les agissements de mon cousin, et peut-être tous nous délivrer de son emprise. Et alors notre combat sera fini.

J’aimerai bien pouvoir dire ce que Julien compte apporter à notre cause, mais je n’en sais pas plus qu’hier malheureusement. Mais demain est un autre jour !